Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.01.2016 à 07 H 29 • Mis à jour le 27.01.2016 à 10 H 26
Par
Polémique

Invité par Mohammed VI à Marrakech, Sarkozy fait face à la critique

Nicolas Sarkozy et Mohammed VI. Après des relations orageuses, les deux hommes se sont liés d’une amitié solide. AFP
Le Canard enchaîné daté de ce mercredi raconte les vacances de Noël de Nicolas Sarkozy et de sa famille au Maroc, dans un palais prêté par le roi Mohammed VI. « Un repos tout en contradiction avec les écrits de l'ancien chef de l'Etat dans son récent livre », tire à boulets rouges la presse française.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy se sont envolés le 21 décembre 2015 pour le Maroc dans un jet privé mis à la disposition par le roi pour passer des vacances à Marrakech, dans une résidence appartenant à Mohammed VI, rapporte Le Canard enchaîné dans son édition de ce mercredi.


Nicolas Sarkozy et ses proches se sont rendus jusqu’au royaume chérifien à bord d’un « appareil portant le blason du roi du Maroc » à partir de l’aéroport du Bourget.


« Tout avait été fait sur le tarmac du Bourget pour que le remake du Noël 2014 reste cette fois discret », raconte l’hebdomadaire satirique, mais Louis Sarkozy, qui a rejoint son père, sa compagne, leur fille Giulia et le fils de Carla Bruni pour les fêtes n’a pu résister au besoin de poster sur Instagram des photos de l’idyllique lieu de vacances.


Une des photo publiées par le fils de Sarkozy sur Instagram.

Sarkozy encense le roi du Maroc à Abu Dhabi

Et Le Canard enchaîné, qui ironise deux fois sur « l’erreur de jugement incontestable » admise par Nicolas Sarkozy dans son récent livre à propos de ses vacances sur le yacht de Vincent Bolloré à peine élu à l’Elysée, d’enfoncer le clou…  et d’insister sur un risque de mélange des genres.


En effet, début janvier, l’ancien président de la République était l’invité d’une conférence à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, au cours de laquelle il a regretté que tout le monde n’ait pas « la chance d’avoir un souverain comme le roi du Maroc », avant de défendre les positions du royaume à propos du Sahara.


Alors qu’il se prêtait hier, mardi, à une séance de dédicace de son ouvrage dans une librairie de Strasbourg, Nicolas Sarkozy a refusé de répondre aux questions de la presse et des télévisions françaises sur le sujet.


Selon les images diffusées sur Instagram et reprises par BFMTV, Sarkozy et sa famille auraient été logés au Jnane Kébir, un palais cossu de Mohammed VI connu pour son jardin luxuriant et ses salons à la décoration africaine. Certains clichés montrent aussi qu’ils étaient présents au Royal Mansour.


Depuis 2008, lors de ses voyages privés à Marrakech, Sarkozy a été chaque année l’invité du roi et ce dans au moins trois résidences différentes, tantôt au Jnane Kébir, tantôt au Royal Mansour, un palace au superlatif qui appartient aussi au roi, mais également à La Mamounia, incontournable lieu de rendez-vous des VIP.


Fin 2014, pour noël, Sarkozy et Carla à Marrakech.


Pour l’anecdote, il n’était pas rare de voir le roi lui même venir chercher Nicolas Sarkozy et sa petite famille à bord d’un 4X4 rutilant pour une balade dans Marrakech…


L’ancien chef de l’Etat s’est rendu ces dernières années à Marrakech au moins à cinq reprises en voyage privé : en mars 2008, juillet 2008, décembre 2009, décembre 2010 et décembre 2014. Un record pour un président en exercice (concernant ses voyages privés de 2008 à 2010) et surtout une certitude : pour tous ces voyages, Nicolas Sarkozy n’a pas payé. Pour les fêtes de fin d’année en 2011, seule son épouse Carla Bruni accompagnée de sa fille Giulia a fait le déplacement, Nicolas Sarkozy n’ayant pas eu le temps de les rejoindre en raison de la campagne présidentielle.


Avec Nicolas Sarkozy, Marrakech est devenue plus que jamais le lieu de villégiature des politiques français. Il a en cela surpassé son prédécesseur, Jacques Chirac, ayant pour sa part toujours été fidèle à La Gazelle d’Or, l’hôtel de luxe autrement plus discret de Taroudant, ou plus récemment à Agadir où Mohammed VI a mis à sa disposition une résidence privée en bord de mer.

Des liens indéfectibles avec Mohammed VI

Il faut dire que le Maroc a eu le nez creux avec Sarkozy et son style bling-bling. La « diplomatie pastilla » dont le royaume est passé maître pour charmer ses alliés a vite fait oublier les premiers couacs diplomatiques du début de mandat de Sarkozy.


On se rappelle l’ire de Mohammed VI de le voir choisir Alger pour son premier voyage officiel au Maghreb, de l’épisode difficile de la vente manquée du Rafale à Rabat et de ce premier voyage officiel en 2007, à Marrakech justement, où Nicolas Sarkozy, en pleine tourmente de couple avec son ex-épouse Cécilia avait fait grincer des dents le protocole chérifien en donnant du plat du pied au souverain chérifien (Nicolas Sarkozy avait croisé les jambes et avait montré la semelle de sa chaussure à Mohammed VI).


Le soutien total de Sarkozy au plan marocain d’autonomie du Sahara, ses envolées lyriques pour soutenir son « ami le roi » pendant les moments difficiles des révolutions arabes, ses tirs de barrages à tous les détracteurs du royaume au Parlement européen, ses aides financières au développement, sa coopération culturelle jamais démentie et tous ces contrats de prestige (dont le TGV) en partie pris en charge par le contribuable français ont, au fil des ans, tissés des liens indéfectibles entre les deux hommes. Des rumeurs sans fondements avaient même prétendu que Mohammed VI avait offert une villa à Sarkozy à Marrakech, d’autres insistaient pour dire que l’ex-président français avait été recruté par Rabat pour être son lobbiyste pour des contrats à l’international, sur la question du Sahara et pour vendre l’image du Maroc sur la scène mondiale.


Une « amitié particulière » que le roi du Maroc a perpétué alors qu’avec François Hollande, les accrocs se sont multipliés, à peine assagis par des retrouvailles récentes marquant la fin d’une année de brouille.