Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.03.2016 à 13 H 24 • Mis à jour le 22.03.2016 à 19 H 56
Par
ATTENTATS

Bruxelles en état de siège : le bilan à la mi-journée

Des secours portent assistance à des victimes de l’attentat perpétré dans une station de métro située au coeur du quartier européen. AFP
La Belgique est en état d’alerte maximale, mardi 22 mars, après que des explosions sont survenues à l’aéroport et dans une station de métro de Bruxelles, faisant au moins 26 morts et une centaine de blessés.

Le premier ministre belge, Charles Michel, a déploré « un moment de tragédie, un moment noir » pour la Belgique, frappée par deux « attentats aveugles violents et lâches » à Bruxelles, qui ont fait au moins 26 morts et plus d’une centaine de blessés.


Le porte-parole des pompiers de la capitale belge, Pierre Meys, a indiqué que 11 personnes sont mortes et 81 blessées dans la double explosion, intervenue autour de 8 h – « probablement provoquée par un kamikaze », selon le parquet fédéral –  à l’aéroport de Zaventem, dont les façades du grand hall des départs ont été dévastées et les plafonds éventrés.


Selon le dernier bilan provisoire, 15 personnes sont mortes et 55 blessées dans l’explosion survenue ce matin à 9 h11, dans la station de métro de Maelbeek.


Un témoin a rapporté au journal belge Le Soir, qu’« une première explosion s’est produite au niveau de la zone de départ, une vitrine au début du bâtiment a explosé. Puis, quelques secondes plus tard, c’est toute la zone de l’auvent au niveau des arrivées qui a explosé, toutes les vitres ont volé en éclats ». Peu de temps après, des ambulances sont arrivées aux abord de l’aéroport pour procéder à l’évacuation des victimes dans le hall de l’aéroport.


« Un homme a crié en arabe, il a crié quelques mots et j’ai entendu une grosse déflagration », raconte à l’AFP une victime, du sang sur les mains. « C’était la panique générale », poursuit cet employé qui s’occupait de la sécurité des bagages à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem.


L’aéroport a été évacué et fermé et n’est plus desservi ni par les trains ni par les bus. L’ensemble du réseau de métro a été fermé et les trains TGV Thalys et Eurostar à destination ou au départ de la capitale belge ne circulent plus.


Le Parlement européen, qui se situe à cinq minutes de la station de métro Maelbeek, est passé en alerte jaune renforcée. Le centre de crise belge appelle chacun « à rester où il est », que ce soit à l’école, sur son lieu de travail ou à son domicile.


Le niveau d’alerte antiterroriste est repassé au niveau 4, son niveau maximal, pour l’ensemble de la Belgique. Il était jusque-là au niveau 3. Le plan catastrophe a été déclenché à l’aéroport. Des renforts militaires ont été déployés dans le pays et les contrôles aux frontières renforcés.


En dehors de la Belgique, des mesures de sécurité renforcées ont été mises en place à l’aéroport de Francfort, l’un des plus grands d’Europe, et dans les aéroports néerlandais et londoniens.


En France, 1 600 policiers et gendarmes supplémentaires ont été déployés, notamment aux frontières et dans les infrastructures de transport. Des mesures de sécurité renforcées sont mises en place dans les gares et les aéroports.


Au Maroc, suite à la fermeture de l’aéroport de Bruxelles, les vols en partance de l’aéroport Mohammed V vers la capitale européenne ont été annulés. Il s’agit de deux vols prévus à 11h15 par la RAM et Brussels Airlines. Deux autres vols des deux compagnies en provenance de Bruxelles, prévus à 16 h 40 ont été également annulés.


Ces attaques terroristes interviennent quatre jours après l’arrestation à Molenbeek, une commune de l’agglomération bruxelloise, de Salah Abdeslam, suspect-clé du commando des attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.


Avec Agences