Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.09.2016 à 17 H 54 • Mis à jour le 06.09.2016 à 18 H 26
Par
Infrastructures

Avec « Massaleek », Bakkoury compte désenclaver la périphérie rurale de Casablanca

06.09.2016 Conseil Régional de la Région de Casablanca – Settat – Présentation du programme régional d’amélioration des pistes rurales, Mustapha Bakkoury. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Le président de la région Casablanca-Settat, Mustapha Bakkoury, a procédé au lancement du programme « Massaleek ». Un plan ambitieux pour rendre praticables la moitié des 10 000 km de pistes qui traversent les douars et les communes rurales de la région.

C’est un projet qui tombe à point nommé dans la région de Casablanca-Settat dont les sept provinces s’étalent sur une superficie de 19 448 km, concentrent plus de 20 % de la population marocaine et pèsent plus de 25 % du PIB national. Pour en faire une région plus performante, le Conseil de la région vient de lancer un vaste programme, dont la première partie qui permettra de rendre praticable 400 km de piste à l’horizon 2018.


« La région compte pas moins de 10 000 km de pistes, dont la moitié est non aménagée. La principale requête de présidents des communes rurales est d’avoir des routes. C’est une condition sine qua non avant d’envisager d’investir et équiper une commune  », détaille Mustapha Bakkoury. Pour atteindre cet objectif, les communes se sont engagées à fournir le foncier épuré de tous problèmes juridiques. En contrepartie du financement, la région va se charger de l’aménagement et du goudronnage de ces pistes. Bakkoury s’est montré rassurant en précisant qu’aucun problème lié aux expropriations ne viendra retarder le projet « Massaleek ». Quant au budget de la première partie de ce projet, il a été fixé à 80 millions de dirhams pour équiper 400 km de pistes.

Désenclavement positif

Le président de la région de Casablanca-Settat n’a pas manqué de souligner les retombées de ce projet. À commencer par l’assainissement des eaux usées et le traitement des déchets ménagers et industriels, dont les infrastructures seront construites après l’aménagement des pistes urbaines. Ce programme va également booster les opportunités pour les entreprises de BTP et générer des emplois en raison de l’appel d’air qu’il va créer.


« Nous allons procéder au lancement d’un appel à manifestation d’intérêt pour identifier les opérateurs qui vont réaliser ces ouvrages, en prenant en considération les particularités géographiques de chaque province. Notre objectif consiste également à réduire sur le coût de réalisation de ce programme ». Pour commencer, un premier appel d’offres sera lancé avant la fin de l’année pour aménager 400 km de piste, situés pour la plupart dans la province de Settat qui compte le plus grand nombre des communes rurales enclavées de la région. Enfin, selon Bakkoury, le programme « Massaleek » est un test grandeur nature des synergies entre la région, les conseils de villes et les communes rurales, loin des calculs politiciens.