Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.09.2016 à 15 H 28 • Mis à jour le 15.09.2016 à 15 H 30
Par
Affaire Benabdallah

Dans son compte-rendu tardif, l’agence officielle MAP taille à la serpe dans le communiqué du PPS

Nabil Benabdallah (à-d), secrétaire général du PPS et actuel ministre de l’Habitat, aux côtés du conseiller royal Fouad Ali El Himma (à-g, en retrait). AIC PRESS
Les passages les plus téméraires du parti allié au PJD, en réponse à l’admonestation de son secrétaire général par le Cabinet royal, ont été passés à la trappe par l’agence officielle

L’agence officielle MAP a attendu plus de 12 h pour évoquer le communiqué du PPS rendu public hier soir vers 23 h en réponse à celui du Cabinet royal fustigeant le secrétaire général du parti allié au PJD pour ses déclarations insinuant que le conseiller royal, Fouad Ali El Himma, est l’ordonnateur d’une forme d’autoritarisme.


La dépêche de l’agence a pris cependant soin de tailler dans le texte, mettant en exergue les passages où le Comité national du PPS renouvelle l’attachement du parti à la Couronne, réservant sans surprise son traitement au premier tiers du communiqué qui fait référence «  aux constantes de la nation » et « la loyauté à l’institution monarchique ».

 

« Le PPS œuvre pour l’édification d’un État démocratique dans le respect des constances de la Nation et des institutions constitutionnelles, à leur tête l’Institution monarchique », titre ainsi la MAP.

La solidarité du PPS avec Benabdallah escamotée

 « Les récentes déclarations du secrétaire général du Parti s’inscrivent dans le sillage de la concurrence naturelle entre les partis politiques, la lutte idéologique et l’expression des opinions et des positions dans le cadre du développement démocratique normal du pays, précisant « qu’ il n’a jamais été dans l’intention du PPS ni de son secrétaire général d’impliquer l’Institution monarchique de quelque manière que ce soit », relève la MAP

 

Les extraits par lesquels le parti confirme sa solidarité avec son secrétaire général, insistant sur le fait que ce dernier exprime « les positions du parti en sa qualité de porte-parole officiel », ou ceux insistant lourdement sur l’indépendance de ses décisions politiques venues en réponse directe à la différenciation faite entre le parti et son leader par le Cabinet royal, ont été par contre tout simplement passés à la trappe.


La MAP n’a pas non plus estimé nécessaire de mentionner que le PPS justifie ses déclarations en convoquant l’histoire du parti. Elles « ne sont pas de nature récente ou le fait exclusif de la direction actuelle du parti, mais remontant à un passé lointain », avait souligné le parti du livre dans son message à l’adresse du Palais.