Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.09.2016 à 00 H 37 • Mis à jour le 15.09.2016 à 12 H 49
Par
Législatives 2016

Le PPS se justifie face au Palais royal et demeure solidaire avec Nabil Benabdallah

Le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdallah. MAP
L’allié du PJD dans la coalition gouvernementale a diffusé mercredi tard dans la soirée un communiqué qui ne désavoue pas son secrétaire général après la volée de bois vert qu’il a reçue du Palais, tout en jurant fidélité à la monarchie. Une réponse unanime, ébréchée cependant par Nouzha Skalli sur 2M

Dans un communiqué diffusé mercredi soir après 22h à l’issue d’une réunion de son Conseil national, le Parti pour le progrès et le socialisme (PPS) a réagi au communiqué du Cabinet royal qui avait recadré hier son secrétaire général, Nabil Benabdallah suite à ses déclarations insinuant que le conseiller royal, Fouad Ali El Himma est l’ordonnateur d’une forme d’autoritarisme mettant à mal le jeu démocratique.


Le Conseil national, insiste à l’unanimité de ses membres « avec responsabilité, clarté et force » pour affirmer que le PPS, depuis son avènement, défend un idéal démocratique en faveur de « la stabilité du pays », exprimant son « attachement sans faille aux constantes de la nation » et « sa loyauté à l’institution monarchique ».


Sur l’affaire en elle-même, le communiqué du PPS l’explique par « les contingences de la vie politique, et sur lesquelles le Secrétaire du parti exprime les positions du parti en sa qualité de porte-parole officiel, considérées normales dans les sociétés démocratiques », marquant ainsi sa solidarité avec Nabil Benabdallah.


« Nous estimons qu’elles découlent d’un processus de compétition partisane naturelle, du débat d’idées et l’expression des opinions et des positions dans le cadre de l’évolution démocratique ordinaire dans notre pays », ajoute le communiqué, rappelant que celles-ci « ne sont pas de nature récente ou le fait exclusif de la direction actuelle du parti », mais remontant à un passé lointain.

Un unanimisme battu en brèche

« Le sujet à la base concerne strictement les conflits entre partis. Ni le parti , ni son Secrétaire général n’avaient l’intention d’impliquer l’institution monarchique d’aucune façon », insiste la direction du PPS qui dit ainsi exprimer la position de toutes ses composantes.


Le PPS, enfin, appelle ses partisans à la mobilisation pour les législatives d’octobre.


Une unanimité qui a été contredite dans les faits. Alors que le Comité national du PPS était en conclave , Nouzha Skalli était l’invitée-surprise sur le plateau du JT de 2M. Celle qui n’occupe plus de fonction dans les instances dirigeantes du parti, a violemment critiqué son secrétaire général, l’accusant d’avoir « personnifié » le débat par « des attaques ciblant un seul parti au lieu de débattre des programmes et des idées ». Skalli a estimé que l’attitude de Nabil Benabdallah est un « chèque en blanc donné au PJD » et un « déni du projet politique du PPS »