Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.09.2016 à 13 H 30 • Mis à jour le 23.09.2016 à 15 H 18
Par
Législatives 2016

Le ministère de l’Intérieur dément toute manigance dans la localisation des bureaux de vote

Le ministère de l’Intérieur a répliqué via certains médias électroniques aux allégations d’un cadre du PJD affirmant que le département de Hassad avait sciemment éloigné des bureaux de vote du domicile de certains électeurs pour les dissuader à se déplacer le jour du scrutin. Les détails

Le ministre de l’Intérieur a de nouveau communiqué via des canaux médiatiques sélectionnés pour la circonstance pour démentir des accusations émanant de membres du PJD affirmant que le département de Hassad avait sciemment attribué des bureaux de vote loin du domicile de certains de ses électeurs potentiels.


La source, citée simultanément par Hespress, Médias24 et Qushq a démenti catégoriquement ces accusations.


Des travaux de réfection justifiant ces transferts

La même version communiquée à ces médias affirme que le cas cité de bureaux de vote installés dans un lycée public à Rabat, ont été transférés dans d’autres établissements en raison de travaux en cours dans ce lycée. Travaux déjà programmés par l’Académie régionale de l’Education nationale depuis juin, indique la source.


Celle-ci rajoute en substance : « Ces travaux concernent trois institutions, dans les quartiers de Yaacoub Al Mansour, Riyad, Youssoufia. Certains ont déjà débuté, tandis que d’autres seront programmés très prochainement. Raison pour laquelle la préfecture de Rabat a transféré ces bureaux de vote dans d’autres institutions. Une décision qui touche tous les électeurs et non une catégorie spécifique (…) Au niveau national, ces transferts ont touché 129 bureaux de vote, pour des strictes considérations techniques ne se basant sur aucun calcul. La commission gouvernementale en a été informée ».


Par ailleurs, à travers cette nouvelle sortie médiatique, l’intérieur a nié les informations qui circulent sur l’existence d’un sondage interne effectué par ses services sur la base des communales de 2015.


Une réplique aux accusations d’Abdessamad Sekkal (PJD)

C’est la deuxième fois en moins d’une semaine que l’Intérieur utilise ce mode opératoire pour répondre à des accusations émanant des responsables du PJD évitant ainsi de procéder à la diffusion d’un communiqué officiel, après la réplique explicative de Mohamed Hassad aux déclarations de Mustapha Ramid postées sur le réseau social Facebook. Selon nos sources, le contenu de ces mises au point ont été communiquées par messagerie électronique aux médias.


La réponse de l’Intérieur vise particulièrement à recadrer le président PJD de la région de Rabat-Salé-Kénitra, Abdessamad Sekkal, qui accusé le ministère à travers son compte Facebook d’éloigner les bureaux de votes pour décourager les électeurs du PJD à se déplacer. Il en voulait pour preuve son propre cas. Une décision que le responsable du PJD avait liée à une supposée étude secrète concoctée par l’Intérieur qui aurait aidé à cette dispersion intentionnelle.