Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.09.2016 à 20 H 31 • Mis à jour le 28.09.2016 à 11 H 41
Par
Résultats semestriels

Risma fait en sorte d’afficher des chiffres positifs malgré la crise du tourisme

Amine Echcherki, PDG de Risma. La société présente une situation bilancielle solide malgré les contrecoups de la crise du secteur touristique. AIC PRESS
Faisant face à une conjoncture touristique défavorable, Risma a pourtant vécu deux heureux évènements lors des six premiers mois de l’année qui lui ont permis de sortir la tête de l’eau. Explications

La conjoncture touristique au Maroc a été pénible pendant les six premiers mois de l’année pour l’ensemble des opérateurs touristiques et ce n’est pas Risma qui dira le contraire. Si elle a surperformé par rapport à l’ensemble du secteur concernant le taux d’occupation, la société cotée galère encore à faire briller ses chiffres. Avec un taux d’occupation moyen sur les six premiers mois de l’année en baisse de 5 points, pour n’afficher que 60 % chez Risma à fin juin, contre seulement 36 % pour la moyenne du secteur. Malgré cette belle performance, le chiffre d’affaires du groupe hôtelier n’a pas pu faire mieux que 677 millions de dirhams, soit un recul de 8 % par rapport à la même période de l’année dernière. Même son de cloche, un peu plus bas sur la ligne EBITDA qui régresse de 19 % pour s’établir à 167 millions de dirhams.

La petite phrase rassurante

Cependant, deux éléments exceptionnels ont meublé ce premier semestre de l’entreprise. Le premier n’est que la suite de l’affaire qui a explosé en fin d’année dernière et qui concerne des irrégularités qu’avait constaté le management de l’entreprise. « La direction de Risma a été informée par la société de gestion des hôtels de certaines irrégularités comptables constatées sur deux sites hôteliers et a procédé, par mesure de prudence, à la constatation d’une provision de 50 millions de dirhams », indiquait le communiqué de l’entreprise en décembre 2015. Cette affaire avait donné lieu à une correction comptable de 127 millions de dirhams. Si le groupe ne parle plus précisément de l’affaire en question, ni des responsables impliqués et encore moins de l’avancement de l’enquête, il explique cependant, et de manière évasive qu’elle est désormais pliée. Une source interne à Risma qui a requis l’anonymat, indique cependant que les personnes mises en cause ont été condamnées en première instance à des peines de prison de 4 à huit mois par le Tribunal d’Agadir.


Dans cette même logique, et dans l’espoir de rassurer ses actionnaires et ses bailleurs de fonds, suite à cette mauvaise publicité, le management de Risma a inséré une phrase sécurisante dans son communiqué. « Un accord transactionnel a été conclu entre Risma et AGM, démontrant ainsi la solidarité des deux entreprises dans cette affaire », peut-on lire sur le communiqué. L’accord en question prévoit une indemnisation globale de 65 millions de dirhams, dont 62 millions sont déjà comptabilisés sur les comptes du premier semestre. Par crainte de voir cette crise anxiogène se répéter une nouvelle fois, les deux sociétés ont pris toutes les mesures nécessaires afin de renforcer le dispositif de contrôle interne, indique la communication du groupe Risma.

Prends ça, c’est cadeau

L’autre évènement exceptionnel, qui est « la » bonne opération lors de ce premier semestre, est l’abandon de dette dont a bénéficié la société d’aménagement de la station Essaouira Mogador (SAEMOG), une entreprise dans laquelle Risma détient 40 %. « Cet abandon pris intégralement sur les comptes au 30 juin 2016 a impacté positivement et de manière exceptionnelle les résultats de Risma de 42 millions de dirhams », commente le communiqué.


Ces deux « heureux » évènements que Risma a connus depuis le début de 2016, ont donné lieu à une explosion du résultat exceptionnel de 114 millions de dirhams et une hausse de la quote-part mise en équivalence pour ce qui est de l’abandon de dette. Grâce à cela, Risma, a de manière exceptionnelle pu voir son RNPG passer en territoire positif à 60 millions de dirhams, contre un déficit de 74 millions en juin de l’année dernière. Finalement, l’entreprise a réussi avec succès la conversion de ses ORA en avril dernier, chose qui a renforcé ses capitaux propres atteignant 1,5 milliard de dirhams.