Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.01.2017 à 11 H 18 • Mis à jour le 27.01.2017 à 14 H 55
Par
Sécurité nationale

Les détails de l’opération antiterroriste menée dans plusieurs localités

Un des suspects arrêtés lors du raid du BCIJ dans une cache à El Jadida. AIC PRESS
Une opération de grande envergure, menée dès les premières heures de la matinée de ce vendredi 27 janvier, a permis d’arrêter sept personnes soupçonnées de préparer des actions terroristes. Les premiers éléments obtenus par le raid du BCIJ

Selon une source du ministère de l’Intérieur consultée par Le Desk, l’opération antiterroriste de ce matin a visé à démanteler une cellule terroriste se composant de sept éléments actifs dans un certain nombre de villes du royaume.



Les éléments de cette cellule étaient actifs à El Jadida, lieu de l’arrestation du cerveau présumé du réseau. D’autres opérations se déroulaient simultanément dans quatre autres localités, à savoir El Gara (près de Settat), Oued Amlil (près de Taza), Salé et Boulaâouane (région de Meknès).



Une cache secrète à El Jadida

Cette opération de sécurité a été précédée, selon la même source, par la surveillance d’une cache secrète du cerveau présumé du réseau terroriste à El Jadida qui se préparait à effectuer des opérations terroristes dans le royaume, à la demande de son commandement au sein de l’organisation de l’Etat islamique. « Un véritable bunker équipé pour un confinement de longue durée », ajoute la source.



Des armes et des produits explosifs

La source a ajouté que plusieurs armes à feu ont été saisies dont un fusil-mitrailleur rehaussé d’une lentille de visée nocturne infrarouge, 7 pistolets et une quantité suffisante de munitions réelles, 4 couteaux de grande taille, deux dispositifs de communications sans fil, ainsi que des pantalons de camouflage militaires, des matraques télescopiques, des produits chimiques ainsi que des liquides entrant dans la fabrication d’explosifs, en plus de gilets et de ceintures confectionnés à cet effet.



La source fait remarquer que les membres de cette cellule « avaient prévu d’attirer plus de jeunes éléments afin de les recruter pour commettre des actes terroristes visant a faire le plus grand nombre de victimes dans le but de semer la terreur parmi les citoyens et de les déstabiliser ».


Photos AIC PRESS