Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.04.2017 à 00 H 23 • Mis à jour le 06.04.2017 à 00 H 23
Par et
Exécutif

Gouvernement El Otmani: qui sont les 19 ministres qui rempilent ?

Parmi les ministres qui demeurent au gouvernement, le cas particulier de Nasser Bourita qui monte en grade pour diriger la diplomatie. MAP
Le nouveau gouvernement, nommé mercredi par le Roi Mohammed VI, comprend dix-neuf membres qui figuraient déjà dans l'équipe menée par Abdelillah Benkirane, dont certains ont hérité des mêmes départements, d'autres ont vu leurs prérogatives élargies, alors que certains ont changé de portefeuille

Le nouveau gouvernement, nommé mercredi par le Roi Mohammed VI, comprend dix-neuf membres qui figuraient déjà dans l’équipe menée par Abdelilah Benkirane, dont certains ont hérité des mêmes départements, d’autres ont vu leurs prérogatives élargies, alors que certains ont changé de portefeuille.


Sur les 19 ministres, six ont été reconduits dans les mêmes départements. Il s’agit de Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Mohamed Louardi, ministre de la Santé, Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’administration de la défense nationale et Charafat El Yadri Afilail, Secrétaire d’Etat chargée de l’eau.



Trois sont restés dans les même sphères avec davantage de prérogatives. Il s’agit de Aziz Akhannouch qui, outre l’agriculture et la pêche maritime, s’est vu confier les départements du développement rural et des Eaux et forêts, Nabil Benabdellah, qui s’occupera aussi de l’aménagement du territoire aux côtés de ses anciennes prérogatives (urbanisme, habitat et politique de la ville) et Bassima El Hakkaoui, qui aura la nouvelle tâche de s’occuper du dossier de l’égalité.


Deux ministres ont permuté de départements. Il s’agit de Abdelkader Amara et Aziz Rabbah : le premier hérite du département de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, alors que le second s’est vu confier le portefeuille de l’Energie, des mines et du Développement durable.


Les autres ministres ont été promus ou ont changé complètement de portefeuilles. Il s’agit de Mustapha Ramid, ancien ministre de la justice, qui a été promu ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, Nasser Bourita, ancien ministre délégué aux affaires étrangères et à la coopération, qui a hérité du département des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mustapha El Khalfi, qui garde toujours sa casquette de porte-parole de gouvernement et passe au département des relations avec le parlement et la société civile.


Il s’agit aussi de Mohamed Hassad, qui passe du département de l’Intérieur à celui de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Lahcen Daoudi qui a hérité du département des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif, qui se chargera toujours du transport avec toutefois la casquette de Secrétaire d’Etat au lieu de celle de ministre délégué dans l’ancien exécutif et Mbarka Bouaida, ancienne ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, qui change complètement de cap vers la pêche maritime.