Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
17.04.2017 à 10 H 27 • Mis à jour le 17.04.2017 à 10 H 42
Par et
Proche-Orient

Plus de 1 000 Palestiniens détenus par Israël entament une grève de la faim

Arrestation d’un Palestinien par l’armée israélienne. AFP
Environ 1 300 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont entamé lundi une grève de la faim collective, inédite depuis des années, à l'appel de Marwan Barghouthi, leader de la deuxième intifada condamné à la perpétuité, a indiqué un responsable palestinien.

Plus d’un millier de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont entamé ce lundi une grève de la faim collective, inédite depuis des années, à l’appel de Marwan Barghouthi, leader de la deuxième intifada condamné à la perpétuité, a indiqué un responsable palestinien.


« Environ 1 300 prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim et ce chiffre pourrait augmenter dans les heures à venir », a déclaré Issa Qaraqee, chargé de la question des prisonniers au sein de l’Autorité palestinienne.


« 1 500 grévistes de la faim »

De son côté, le Club des prisonniers palestiniens a évoqué le chiffre de « 1 500 grévistes de la faim ». « Selon les informations dont nous disposons pour le moment, 1 500 prisonniers refusent de se nourrir pour dénoncer leurs conditions de détention », a de son côté déclaré à la presse Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers palestiniens, l’ONG qui fait autorité dans les Territoires occupés sur la question des détenus.


Le porte-parole de l’administration pénitentiaire israélienne Assaf Librati a affirmé à l’AFP que « 700 prisonniers ont annoncé hier (dimanche) leur intention d’entamer une grève de la faim ».


Lundi matin, a-t-il ajouté, l’administration menait des « vérifications pour voir combien de prisonniers refusaient effectivement de se nourrir car certains pourraient se borner à une grève symbolique et recommencer à manger ensuite ».


Assaf Librari n’a pas donné plus de détails, mais selon le Club des prisonniers, « l’administration pénitentiaire a confisqué tous les biens qui se trouvaient dans les cellules des grévistes et a commencé à transférer des détenus grévistes vers d’autres prisons ».


Cette grève de la faim illimitée est lancée à l’occasion des célébrations de « la journée des prisonniers », observée chaque année par les Palestiniens depuis plus de 40 ans.


Elle faisait lundi matin la Une de l’ensemble des médias palestiniens alors que plus de 6 500 Palestiniens, dont 62 femmes et 300 mineurs (garçons et filles), sont actuellement emprisonnés par Israël.


Environ 500 d’entre eux sont sous le régime extra-judiciaire de la détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. En outre, 13 députés palestiniens, de différents partis politiques, sont emprisonnés.