Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.04.2017 à 13 H 21 • Mis à jour le 18.04.2017 à 13 H 21
Par
Sahara

Le Polisario installe un nouveau check point sur le corridor de Guerguerat

Des éléments du Polisario vérifient systématiquement si les camions arborent des drapeaux ou des cartes du Maroc incluant le Sahara occidental. Les véhicules armés du Polisario ont disparu de la zone laissant place à des pick-ups de la ‘Gendarmerie nationale’ de la ‘RASD’. JAVIER OTAZU ELCANO/ EFE
Faisant fi de l’appel du secrétaire général des Nations Unies, les éléments du Polisario positionnés dans la zone tampon qui sépare le territoire du Sahara Occidental de la Mauritanie ont décidé d’ériger un nouveau point de contrôle de véhicules

Depuis dimanche dernier, les éléments du Polisario ont décidé de renforcer leur présence dans la zone tampon de Guerguerate en installant un nouveau check point de fortune constitué de gravas et de pneus de camions sur la route faisant la jonction avec la Mauritanie, relève Yabiladi rapportant une information du site mauritanien Al Akhbar.


Une manœuvre qui a pour objectif de canaliser le flux de véhicules en file indienne et de resserrer ainsi leur contrôle. Par cette nouvelle escalade, les hommes de Brahim Ghali se montrent ainsi déterminés à ne pas suivre l’injonction du secrétaire général des Nations Unies qui avait requis leur retrait inconditionnel de la zone et la cessation de tout harcèlement visant les véhicules civils empruntant ce corridor.


INFOGRAPHIE LE DESK


Une douane en perspective ?

Une exigence fondée sur l’Accord militaire de cessez-le-feu de 1991 qu’Antonio Guterres avait clairement rappelée dans son rapport sur la situation au Sahara Occidental faisant part de sa « déception » de voir le Polisario adopter une attitude mutique à son appel.


Selon des sources concordantes, et à la veille d’un agenda déterminant sur le dossier qui sera examiné les jours prochains au Conseil de sécurité, le Polisario tente d’instaurer une situation de fait accompli qui pourrait déboucher sur une nouvelle phase de tensions. Le mouvement aurait même pour projet d’installer sur la route, dont l’asphaltage n’a jamais été achevé, un poste de douane pour lever un impôt de passage.