Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.09.2017 à 12 H 27 • Mis à jour le 22.09.2017 à 12 H 32
Par
Terrorisme

Un Marocain, soupçonné d’être l’artificier de Barcelone, arrêté

Photo d’illustration
Le suspect est un Marocain de 24 ans, vivant en Espagne et en lien avec plusieurs membres de la cellule à l'origine des attentats commis en août dernier. Le suspect aurait aidé les terroristes à préparer des explosifs a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur

La Guardia Civil a arrêté un Marocain soupçonné d’avoir aidé les auteurs des attentats meurtriers d’août dernier en Catalogne à préparer des explosifs, a annoncé vendredi le ministère espagnol de l’Intérieur.


Ce Marocain de 24 ans, vivant en Espagne, avait des liens étroits avec plusieurs membres de la cellule qui a commis les attentats, en particulier l’imam Abdelbaki Es Satty, considéré comme le cerveau du groupe, précise le ministère dans un communiqué. Le suspect leur aurait prêté ses documents d’identité pour acheter du péroxyde d’oxygène, un composant essentiel pour la fabrication de 100 kg de TATP (tripéroxyde de triacétone), un explosif artisanal fréquemment utilisé par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), qui peut être fabriqué à partir d’ingrédients trouvables dans le commerce. De plus il leur aurait fourni des véhicules pour transporter les composants, selon les premiers éléments de l’enquête livrés par le communiqué.



Deux des membres de la cellule, dont l’imam Es Satty, sont morts dans l’explosion accidentelle de leur atelier à Alcanar, dans le sud de la Catalogne. Les autres ont ensuite lancé des véhicules dans la foule à Barcelone le 17 août, et le lendemain à Cambrils, une station balnéaire catalane. Ces attaques, revendiquées par l’EI, ont fait 16 morts et plus de 120 blessés. Six des terroristes présumés ont été tués par la police. Deux autres, dont un survivant de l’explosion à Alcanar, sont en détention provisoire en attendant d’être jugés à Madrid, et deux autres suspects sont en liberté surveillée.