Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.09.2017 à 01 H 51 • Mis à jour le 29.09.2017 à 01 H 51
Par et
Justice

Un Marocain jugé en France pour obstruction au cortège de Mohammed VI

Dans l’attente de son procès, l’homme, qui dispose d’une carte de séjour et réside près de Paris, a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de s’adresser au monarque, selon la procureure de la République. il s’était déjà approché du château de Betz, faits pour lesquels il n’est pas poursuivi pour l’heure

Un Marocain de 39 ans sera jugé en France en décembre pour avoir tenté de s’engouffrer dans le cortège du roi du Maroc, Mohammed VI, qui circulait sur une route près de Paris, a-t-on appris jeudi de sources judiciaires.


L’homme comparaîtra le 20 décembre devant un tribunal correctionnel pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « violence avec arme », en l’occurrence la voiture avec laquelle il a tenté de s’engouffrer le 24 septembre dans le cortège du monarque sur une route du Mesnil-Amelot, commune de Seine-et-Marne située non loin du château de Betz, près de Paris, propriété de Mohammed VI.


Il « a motivé son geste par son souhait d’entrer en contact avec le roi pour présenter un dossier personnel », a indiqué à l’AFP la procureure, Dominique Laurens, confirmant une information du quotidien Le Parisien.


Dans l’attente de son procès, l’homme, qui dispose d’une carte de séjour et réside près de Paris, a été laissé libre sous contrôle judiciaire avec interdiction de s’adresser au monarque, a-t-elle ajouté.


Deux jours plus tôt, il s’était déjà approché du château de Betz, faits pour lesquels il n’est pas poursuivi pour l’heure. « On ne peut pas dire qu’il ait tenté de pénétrer dans la résidence », a précisé à l’AFP une source judiciaire.


« Il a essayé d’attirer l’attention du roi. Il est sorti de sa voiture et a couru jusqu’à la porte. D’aucuns disent qu’il a poussé les gardes du corps, d’autres qu’il est tombé et a entraîné l’un d’eux dans sa chute », a-t-elle détaillé. Un des gardes s’est vu délivrer une interruption totale de travail (ITT) inférieure à huit jours.


« Pour l’instant, on est possiblement sur des violences, à voir si on peut les caractériser de volontaires ou pas ». « En l’état, il s’agit d’une contravention qui n’autorise pas un placement en garde à vue », selon la source judiciaire.


Le roi du Maroc avait été hospitalisé en France le 6 septembre pour une opération bénigne de l’œil.