Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.10.2017 à 00 H 19 • Mis à jour le 15.10.2017 à 00 H 19
Par et
Terrorisme

Une cache d’explosifs découverte chez le cerveau de la cellule de Khouribga

Siège du Bureau Central d’Investigation Judiciaire. Abdelhak Khiame directeur du BCIJ. MOHAMED DRISSI KAMILI / LE DESK
Il s’agit notamment de poudres, liquides et engrais blancs, en plus d’un thermomètre, d’un tuyau métallique qui entre dans la fabrication des charges électriques, d’armes blanches, et des manuscrits comprenant des formules chimiques et des procédés de fabrication d’armes à feu, précise le ministère de l'Intérieur dans un communiqué

La perquisition menée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la direction générale de la surveillance du territoire national, dans le domicile familial à Khouribga du cerveau de la cellule terroriste démantelée samedi, a permis la saisie de plusieurs produits chimiques suspects susceptibles d’être utilisés dans la fabrication d’explosifs, indique le ministère de l’Intérieur.


Il s’agit notamment de poudres, liquides et engrais blancs, en plus d’un thermomètre, d’un tuyau métallique qui entre dans la fabrication des charges électriques, d’armes blanches, et des manuscrits comprenant des formules chimiques et des procédés de fabrication d’armes à feu, précise le ministère dans un communiqué, ajoutant que ces produits suspects seront soumis à l’expertise pour déterminer leur nature.


Cette perquisition s’inscrit dans le cadre des investigations qui se poursuivent suite au démantèlement ce samedi de la cellule terroriste composée de 11 membres partisans de Daech s’activant dans plusieurs villes du Royaume, note la même source.


Le ministère rappelle que le cerveau de cette cellule, arrêté dans une « planque sûre » à Fès, qui a accumulé une grande expertise dans la fabrication d’explosifs et d’engins piégés, planifiait, selon le ministère de l’Intérieur, avec les membres de sa cellule, des opérations terroristes d’envergure contre des sites sensibles à l’instigation de coordonnateurs d’une des branches de Daech.