Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.07.2019 à 07 H 44 • Mis à jour le 10.07.2019 à 07 H 44
Par
Police

Affaire des tirs mortels à Casablanca : bavure policière ?

Image d’illustration
Véritable coup de théâtre dans l’affaire des tirs ayant fait deux morts à Casablanca : la DGSN vient d’annoncer l’arrestation de l’inspecteur de police impliqué et également six autres individus suspectés d'avoir livré de fausses informations sur les circonstances du drame

Le 7 juillet, la DGSN publiait un communiqué annonçant l’ouverture d’une enquête pour déterminer les tenants et aboutissants d’une affaire de tirs par un policier de deux balles ayant causé la mort de deux personnes, présumées impliquées dans des activités criminelles et de possession par l’une d’elles d’une arme blanche, précisait le communiqué. « Face à une résistance farouche de la part des prévenus, le policier a été contraint d’user de son arme de service, tirant deux balles qui ont atteint mortellement un jeune homme et une fille parmi les mise en cause », ajoutait la même source.


Un autre communiqué publié cette fois-ci ce 10 juillet, annonce l’arrestation de l’inspecteur de police ayant fait usage de son arme de service, suspendu dans un premier temps, pour son implication dans cette affaire. Il est désormais présenté comme suspect principal. Le communiqué des services de police précise que l’inspecteur a été arrêté dans la zone de Cabo Negro à Tétouan sur la base de résultats des enquêtes qui ont suivi son implication dans de graves dépassements professionnels et juridiques durant l’usage de son arme.


Fait particulier, le communiqué mentionne également l’arrestation de six autres individus, « suspectés de complicité directe dans cette affaire et d’avoir trompé la justice et porté outrage à la police judiciaire en fournissant de fausses informations sur les circonstances de cette affaire », sans précision de leur qualité, à savoir s’il s’agit d’éléments des forces de l’ordre ou de personnes proches de l’homme et de la femme ayant perdu la vie.