Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.05.2020 à 14 H 51 • Mis à jour le 01.05.2020 à 15 H 59
Par
Face au Covid-19

Les restaurateurs appellent à leur sauvetage par des mesures d’exception

La terrasse désertée d’un café-restaurant à Rabat. FADEL SENNA/AFP
Par une missive transmise à son ministère de tutelle, la Fédération nationale des restaurateurs (FNR) demande l’adoption de mesures d’urgence en soutien aux entreprises de son secteur durement touchées par la crise due à la pandémie du Covid-19. Le lobby énumère ainsi une panoplie de revendications à caractère social, financier et fiscal

Dans une lettre datée du 30 avril dont Le Desk détient copie (voir fac-similé en fin d’article), la Fédération Nationale des Restaurateurs (FNR) saisit directement Nadia Fettah, ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale. Le courrier demande en substance « l’adoption de mesures urgentes en soutien aux entreprises du secteur de la restauration, dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire lié à la pandémie Covid-19 ». La FNR qui se dit être appuyée par l’ensemble des Associations régionales et provinciales du Royaume, rappelle « que l’activité de restauration reste la plus impactée des activités du tissu commercial ».


Dans un tableau récapitulatif transmis à la ministre de tutelle, le président de la FNR, Khalid Abbadi et les présidents des associations régionales, énumèrent les différentes revendications ayant trait au social et à l’emploi, aux taxes et la fiscalité et enfin au secteur banquier et au financement de la relance.


Pour la CNSS, la FNR demande l’annulation des cotisations pour toute l’année 2020 et aussi le prolongement de l’indemnité de chômage temporaire jusqu’au 31 décembre 2020. L’indemnité, pour les restaurateurs, devrait également « être rehaussée selon le barème de la CNSS et suivant le modèle de la retraite », plaide-t-elle.


Au sujet des taxes, il est demandé que celles concernant les services communaux soient calculées au prorata de l’activité pour l’année 2020. Fait inédit, la FNR appelle également à ce que la taxe de licence d’alcool et la taxe professionnelle soient exonérées pour 2020-2021. Sans oublier l’annulation de la taxe d’occupation du domaine public.


Enfin, pour les banques, les tiers et le financement de la relance, c’est aussi une exonération de la TVA sur les loyers et les contrats de location gérance en 2020, le report des cotisations pour l’assurance jusqu’en 2021, l’annulation des redevances de loyers municipaux pour les restaurateurs exploitant des établissements dont les murs appartiennent à la commune, l’accès aux financements au taux directeur de Bank Al Maghrib et enfin la création d’un fonds spécial dédié à la subvention pour le secteur de la restauration afin de faire face aux pertes occasionnées, notamment chez le secteur touristique, qui sont énumérés.