Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.03.2021 à 14 H 13 • Mis à jour le 28.03.2021 à 14 H 13
Par
Covid-19

Les Emirats vont produire et exporter le vaccin du Chinois Sinopharm dès avril

Les laboratoires Julphar aux Emirats arabes unis. DR
Gulf Pharmaceutical Industries PSC (Julphar) a annoncé avoir signé un contrat pour commencer à fabriquer le vaccin chinois de Sinopharm à partir d'avril. Avec cet accord, les Emirats deviendront le premier État du Golfe et de la région MENA à mettre en place une installation de production de vaccins contre les coronavirus. Son marché cible compte 27 pays, dont le Maroc

Les Émirats arabes unis commenceront à produire le vaccin chinois Sinopharm le mois prochain « dans le cadre d’un accord qui renforce l’influence de Pékin dans le golfe arabe, longtemps bastion de la puissance américaine », rapporte ce 28 mars, l’agence Bloomberg.


Gulf Pharmaceutical Industries PSC a en effet annoncé avoir signé un contrat pour commencer à fabriquer le vaccin à partir d’avril. Avec cet accord, les Emirats deviendront le premier État du Golfe à mettre en place une installation de production de vaccins contre les coronavirus, renforçant ainsi leurs efforts pour devenir un centre d’approvisionnement au Moyen-Orient et au-delà, ajoute la même source.


La société, également connue sous le nom de Julphar, a déclaré avoir signé l’accord avec le G42 Medications Trading d’Abou Dhabi. G42, qui se décrit comme une entreprise d’intelligence artificielle et de cloud informatique, avait aidé à déployer des essais du vaccin Sinopharm dans le pays.


Le vaccin Sinopharm, soutenu par l’État, a été approuvé aux Emirats l’année dernière après des essais locaux de stade avancé jugés concluants et le lancement d’une campagnes de vaccination des plus rapides au monde.


Parmi les cibles potentielles du futur vaccin Sinopharm citées par Bloomberg, les 27 pays à travers le monde qui l’ont approuvé, dont le Maroc qui l’a déjà administré à grande échelle pour sa population, mais qui attend encore des livraisons de son partenaire chinois, selon un calendrier hypothétique.


Alors que les Emirats ont approuvé les vaccins de Pfizer et d’AstraZeneca ainsi que de Sputnik V de la Russie, son programme d’inoculation reposait à la base, comme au Maroc, sur celui de Sinopharm étant donné sa disponibilité précoce et le potentiel de le produire localement, clé des aspirations des Emirats à devenir un centre d’approvisionnement régional, commente Bloomberg.


En novembre, Abu Dhabi a lancé le Hope Consortium, un groupement logistique capable de distribuer plus de six milliards de doses de vaccin. Le consortium comprend le Département de la santé de l’émirat, Etihad Cargo, Abu Dhabi Ports Group, Rafed et SkyCell.


Des sociétés telles que la compagnie aérienne Emirates, l’opérateur portuaire DP World et Dubai Airports ont également formé une alliance pour déployer deux milliards de doses de vaccins dans le monde cette année, en se concentrant sur les marchés émergents.


Au Maroc, si le laboratoire privé Sothema a participé aux essais cliniques de phase III du vaccin de Sinopharm (version de Wuhan), ses capacités en biotech ne le qualifient pas à l’heure actuelle pour le produire de bout en bout au Maroc. Les laboratoires les plus en pointe du pays pouvant éventuellement faire du fill and finish à moyen-terme…


Par ailleurs, Le Desk a révélé qu’un consortium formé des trois principales banques marocaines (Bank Of Africa, Attijariwafa bank et Banque centrale populaire) vient de mettre sur pied la société MoroccoSino Pharm dans l’objectif de créer un « hub du médicament » et en particulier du vaccin chinois au cœur de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, elle-même toujours en projet. Une ambition, si elle se concrétise, qui ferait à l’avenir du Maroc un tremplin des produits pharmaceutiques chinois co-fabriqués localement pour l’Afrique de l’Ouest…