S'abonner
Se connecter
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.12.2015 à 21 H 19 • Mis à jour le 20.04.2021 à 14 H 17 • Temps de lecture : 1 minutes
Par

Expo Hassani, un des derniers coloristes matièristes

Il expose à Tanger, la cité qui inspira l'un de ses grands maîtres, Matisse.

Nous avions trois grands maîtres de la peinture-peinture. Kacimi est parti. Restent Bellamine et Hassani.


Saâd Hassani est né en 1948 à Rabat. Autodidacte, il se lance très tôt dans le domaine. Il fréquente assidûment  Moulay Ahmed Drissi, croise Gharbaoui et autre Belkadi. Installé à Casablanca depuis 1972, il se lie d'une amitié fructueuse avec Houssein Tallal.


Après une période organique, le peintre trouve sa voie. Il peindra, avec passion et succès, des toiles chargées de vie. Jamais tout à fait abstraite, rarement complètement figurative, de la peinture concrète, disait-on. Une peinture avec de la matière. Une belle matière, mixte, allant du glacis à la poudreuse, de la glaise à la pierre pillée. Et puis un travail de couleur. De la couleur soignée, fouillée, fabriquée, inventée, fondue, superposée, explosée puis effacée, dégradée puis contrastée... Parfois, ce sont de vastes plages quasi monochromes, lacérées où à peine griffées.


Dans le travail de Hassani, se lisent les traces de Matisse, de Klein et de Rothko. C'est un de mes peintres préférés. J'ai beaucoup écrit sur lui. Je continuerai.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite