En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.09.2017 à 17 H 44 • Mis à jour le 12.09.2017 à 17 H 46
Par et
Hirak

Al Hoceima: report au 3 octobre du procès de Casablanca

La Cour d’appel de Casablanca a reporté au 3 octobre prochain le procès des militants du Hirak rifain mis en cause dans les événements d’Al Hoceima, apprend-on mardi de source judiciaire.


La Cour a pris cette décision pour permettre aux avocats de la défense de mieux préparer le dossier de ce procès, dont la première audience a débuté dans la matinée.


Le groupe composé de 21 accusés (Nabil Ahemjik, l’un des lieutenants de Nasser Zafzafi et Mohamed Asserhi, le directeur du site Rif24 en sont les principales figures), dont 3 en état de liberté, a comparu, en audience publique, devant la première chambre criminelle, qui les poursuit pour divers chefs d’accusation.


Un quatrième mis en cause, poursuivi en état de liberté, ne s’est pas présenté devant la Cour “faute de convocation” , selon la défense qui assure que son client comparaîtra lors de la prochaine audience.


Cinq prévenus doivent répondre, chacun en ce qui le concerne, de plusieurs chefs d’inculpation, notamment “atteinte à la sécurité intérieure de l’État” , “tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage” , “préparation d’une conspiration contre la sécurité intérieure”  et “réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du Royaume” .


Ils sont également accusés “d’ébranler la loyauté des citoyens envers l’État marocain et les institutions nationales” , “la participation à l’organisation d’une manifestation non autorisée” , “la tenue de rassemblements publics sans autorisation”  et “la participation à un attroupement armé” .


En ce qui concerne les autres mis en cause, ils sont poursuivis, entre autres, pour les délits “d’offense et de violence à l’encontre des éléments des forces publiques, ayant causé des blessures avec préméditation, la désobéissance armée, la détérioration de véhicules et de biens publics” . 

Revenir au direct