En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.02.2019 à 16 H 50 • Mis à jour le 04.02.2019 à 17 H 15
Par
Immobilier

Affaire Casablanca Parc: « Nous voulons notre argent ! », scandent dans la rue les réservataires lésés

De nombreuses personnes ont de nouveau manifesté ce week-end devant le domicile casablancais de Sadreddine Benhima, l’un des co-actionnaires de la holding Maprinvest, dont la filiale Treize Huit fait face depuis des mois à la colère de centaines de familles ayant réservé ou acquis un logement dans son projet Casablanca Parc de Bouskoura.


« C’est une honte ! Nous voulons notre argent ! », ont-ils scandés. Un des propriétaires a été interpellé par les forces de l’ordre avant d’être relâché une demi-heure plus tard. « Je ressens un sentiment de rage, de la hogra, face à cette impunité…  », a commenté, dépité, un des leaders de la manifestation.



Les réservataires lésés ont par ailleurs organisé un sit-in devant le show room commercial de la société et aux abords des immeubles inachevés et désertés par les ouvriers et les responsables de ce projet présenté à son lancement comme un des plus importants de l’habitat moyen standing du Maroc.



Des actions en justice intentés devant les tribunaux de Casablanca n’ont pas pu aboutir, la société et ses promoteurs étant déclarés insolvables et fortement endettés auprès des banques, dont Attijariwafa bank qui a fait jouer son hypothèque de premier rang, laissant ainsi plus de 1 000 familles sur le carreau comme nous le révélions dans un précédent article.



Selon nos informations, les co-gérants de Maprinvest, sous enquête judiciaire, sont interdits de quitter le territoire national.


Un collectif représentant les familles des réservataires, a de nouveau annoncé d’autres piquets de protestation. Le prochain sera cette fois-ci organisé mercredi 6 février devant la Préfecture de Aïn Chok (Sidi Maârouf ) à 13h.

Revenir au direct