logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.09.2022 à 15 H 40 • Mis à jour le 04.09.2022 à 16 H 57 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Sahara

Alger met son véto à l’utilisation d’un avion espagnol par De Mistura

Afin de quitter Tindouf et de se rendre à Alger, dans le cadre de sa tournée régionale, l'Envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental, Staffan Di Mistura, n'utilisera pas un avion affrété par l'Espagne, comme cela avait été le cas d'habitude, rapporte ce dimanche El Confidencial.


Selon le journal espagnol, Alger a émis son véto, poussant le diplomate à utiliser un vol régulier pour Air Algérie pour son voyage. La raison : l'Espagne n'est plus considérée par l'Algérie comme étant neutre dans le dossier du Sahara occidental.


« L'Espagne a été disqualifiée et ne peut en aucun cas être associée aux efforts de relance du processus politique », fait savoir un haut responsable du gouvernement algérien au média espagnol. « L'Envoyé spécial de l'ONU ne doit pas avoir de dette envers un paus qui a renié sa position de neutralité traditionnelle », poursuit la même source.


L'Espagne avait officiellement soutenu la position du Maroc dans la question du Sahara, à travers une correspondance de Pedro Sanchez adressée à Mohammed VI mais aussi une feuille de route signée lors de la visite du chef du gouvernement espagnol à Rabat.


Pour rappel, De Mistura est arrivé ce samedi matin dans les camps de Tindouf pour rencontrer des dirigeants du Polisario. Son voyage, comme cela avait été prévu, devrait le mener par la suite à Alger mais aussi Nouakchott. En juillet dernier, il s'était déjà rendu au Maroc, afin de rencontrer le chef de la diplomatie Nasser Bourita, à Rabat. Un voyage devait avoir lieu vers Laâyoune mais a été annulé au dernier moment.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct