En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.02.2017 à 16 H 18 • Mis à jour le 12.02.2017 à 16 H 18
Par
Conseil national PJD

Benkirane prévient du risque de renoncement à la politique par les citoyens

S’adressant aux membres du Conseil national du PJD qui tient à Bouznika son conclave de deux jours (samedi 11 et dimanche 12 février 2017), Abdelilah Benkirane a rappelé que le processus démocratique que connait le pays ne peut être considéré comme un fait conjoncturel mais le résultat d’un long cheminement historique auquel ont participé nombre de formations politiques. “Si nous avons un problème avec un individu, nous ne l’avons pas avec un parti”  a-t-il dit, affirmant que le PJD est à la pointe des avancées démocratiques à l’heure actuelle. “Rien ni personne ne peut surpasser les intérêts de la nation ou la volonté des citoyens” , a-t-il déclaré en substance, laissant encore une fois planer le doute sur les choix alternatifs qu’il pourrait envisager face au blocage dans la formation du futur gouvernement. “Si nous n’arrivons pas à former ce gouvernement, les citoyens ne nous en tiendront pas rigueur” . Ils constateront selon lui qu’un individu ou un parti a tenté de défendre leurs intérêts tandis que d’autres les ont dévoyés, agitant ainsi le spectre du renoncement à la chose politique par la population. Pour Benkirane, le problème central n’est pas le blocage en lui-même, mais le risque de perte de crédibilité de la vie politique et la préservation des acquis du Maroc en matière de démocratisation et ce depuis l’Indépendance. Des acquis qui ont façonné le caractère singulier du Maroc dans un environnement régional marqué par l’instabilité.

Revenir au direct