En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.06.2020 à 19 H 47 • Mis à jour le 16.06.2020 à 19 H 47
Par
Economie

Ce qu’il faut retenir de la réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib

Voici les points clés du communiqué de Bank Al-Maghrib rendu public, mardi, à l’issue de la réunion trimestrielle du Conseil de la Banque, la deuxième au titre de l’année en cours :


1- Le Conseil a décidé, après la baisse de 25 points de base en mars dernier, de procéder à une deuxième réduction du taux directeur de 50 points de base, le ramenant à 1,5 %, et de libérer intégralement le compte de réserve au profit des banques.


2- Bank Al-Maghrib a mis en place des dispositions spécifiques pour fournir un appui au refinancement des banques participatives et aux associations de microcrédit. Ces nouvelles décisions, conjuguées aux différentes mesures d’assouplissement déjà mises en œuvre, devraient contribuer, avec celles prises par le Comité de Veille Economique, à atténuer l’impact de la pandémie et à soutenir la relance de l’économie et de l’emploi.


3- L’inflation est revenue à 0,9 % en avril en lien essentiellement avec le repli des prix des carburants et lubrifiants. A moyen terme, elle se maintiendrait à un niveau modéré autour de 1 % aussi bien en 2020 qu’en 2021.


4- L’économie accuserait une contraction de 5,2 % en 2020, la plus forte depuis 1996. En 2021, la croissance marquerait un rebond à 4,2 %, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 12,4 %


5- Une enquête ponctuelle réalisée par le HCP du 1er au 3 avril pour appréhender les retombées de la pandémie sur l’emploi indique une destruction de près de 726 mille postes, soit 20 % de la main d’œuvre des entreprises organisées.


6- Pour l’ensemble de l’année 2020, les exportations accuseraient une baisse de 15,8 % globalement, qui concernerait la quasi-totalité des secteurs. Les importations chuteraient de 10,7 %, en lien essentiellement avec l’allégement de la facture énergétique et le repli des acquisitions de biens d’équipement.


7- Les recettes de voyage enregistreraient un fort recul qui atteindrait 60 % et les transferts des MRE régresseraient de 25 %. ces deux composantes devraient marquer des rebonds respectifs de 60 % et de 5,2 % en 2021 traduisant la dissipation graduelle de l’impact du choc de la pandémie.


8- Les entrées d’IDE devraient revenir à l’équivalent de 1,5 % du PIB cette année avant de retrouver leur niveau tendanciel de 3,2 % du PIB en 2021. 9- Les avoirs officiels de réserve se situeraient à 218,6 milliards de dirhams en 2020 et à 221,7 milliards en 2021, assurant une couverture autour de 5 mois d’importations de biens et services aussi bien en 2020 qu’en 2021.


10- Le taux de change effectif réel s’est apprécié au premier trimestre de 0,86 %, mais devrait ressortir en dépréciation de 1,6 % sur l’ensemble de l’année et de 1 % en 2021, résultat d’une dépréciation en termes nominaux et d’un niveau d’inflation domestique inférieur à celui des pays partenaires et concurrents.


11- A moyen terme, sur la base des estimations disponibles, le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait s’aggraver de 4,1 % du PIB en 2019 à 7,6 % en 2020 avant de s’atténuer à 5 % en 2021. L’endettement du Trésor devrait augmenter, passant de 65 % du PIB en 2019 à 75,3 % en 2020 et à 75,4 % en 2021.


12- Au regard des fortes incertitudes qui entourent l’évolution de la conjoncture économique à la fois au plan national et international, Bank Al-Maghrib assurera un suivi étroit de la situation et procédera à l’actualisation régulière de ses projections et à l’identification des scénarios d’évolution probables. Elle appellera si les circonstances l’exigent à une réunion exceptionnelle de son Conseil avant celle prévue le 22 septembre prochain.

Par
Revenir au direct