S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.03.2023 à 16 H 36 • Mis à jour le 14.03.2023 à 16 H 50 • Temps de lecture : 2 minutes
Par et
Justice

Chantage au Roi : les ex-journalistes français Laurent et Graciet condamnés avec sursis

Les deux ex- journalistes français Eric Laurent et Catherine Graciet, âgés de 76 et 48 ans, ont été condamnés mardi à Paris à un an de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende, pour avoir tenté de faire chanter le roi du Maroc en 2015, en réclamant de l'argent en contrepartie de la non-publication de leur livre qualifié d'explosif.


Les journalistes, dont les avocats ont immédiatement fait appel, ont toujours contesté avoir formulé une quelconque menace, tout en reconnaissant avoir commis une « erreur déontologique » en acceptant une proposition d'arrangement financier émanant de Rabat.


Les deux ont tenté obtenir deux millions d’euros en 2015 en menaçant en réalité de publier un pamphlet de fausses révélations, comme l’avait démontré Le Desk à l’époque.


A l'été 2015, Laurent, ancien reporter de Radio France et du Figaro Magazine et auteur de nombreux ouvrages, avait contacté le secrétariat particulier du roi et une rencontre avait été organisée le 11 août dans un palace parisien avec l'avocat Hicham Naciri, émissaire du Royaume.


Après ce premier rendez-vous, le Maroc avait porté plainte à Paris, et une enquête avait été ouverte. Deux autres rencontres s'étaient ensuite tenues sous surveillance policière les 21 et 27 août.


Catherine Graciet, notamment auteure de livres sur le Maghreb et la Libye, était présente seulement au troisième rendez-vous, lors duquel les deux journalistes avaient signé un accord financier à hauteur de 2 millions d'euros pour abandonner le livre.


A l'issue de cette rencontre, ils avaient été interpellés avec deux enveloppes contenant chacune 40 000 euros en liquide.


Pour le tribunal correctionnel de Paris, les deux journalistes ont eu une "démarche commune" et ils ont exercé une "pression" sur l'émissaire en parlant entre autres d'un livre qui serait "dévastateur" pour le Royaume.


Selon le jugement, « le prix du silence, c'est-à-dire correspondant à la non-parution du livre, non seulement vient des deux journalistes, mais le montant fixé aussi ».


Les trois rencontres avaient été enregistrées en cachette par l'émissaire du roi, qui avait remis des copies aux enquêteurs.


Jugés illégaux par la défense, ces enregistrements ont été au coeur d'une bataille procédurale et la Cour de cassation de Paris a finalement rejeté les recours des journalistes en novembre 2017.


Ces captations et leur retranscription ont fait l'objet d'un vif débat lors du procès le 17 janvier, au cours duquel le parquet avait requis un an de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct