S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.05.2019 à 18 H 25 • Mis à jour le 01.05.2019 à 18 H 25 • Temps de lecture : 1 minutes
Par et
Vatican

Des catholiques conservateurs jugent que le pape François est un hérétique

Une vingtaine de prêtres et de théologiens appartenant à la branche ultraconservatrice de l'Eglise catholique ont appelé les évêques à qualifier le pape François d'hérétique.


« Nous prenons cette initiative en dernier recours pour réagir au préjudice croissant causé par les mots et les actes du pape François au cours de ces dernières années, qui a donné lieu à l'une des pires crises de l'histoire de l'Eglise catholique », écrivent les 19 signataires de cette lettre ouverte, dont le plus connu est le père Aidan Nichols, un prêtre britannique âgé de 70 ans de l'ordre de Dominicains.


Ils reprochent notamment au pape argentin, monté sur le trône de Saint-Pierre en 2013, ses prises de position sur l'avortement (qu'ils jugent trop faibles), sur l'homosexualité (trop accueillantes), sur la place accordée aux divorcés (trop bienveillantes) ou bien encore sur les relations avec les protestants et les musulmans (trop accommodantes).


Ils y voient un « crime hérétique » et, s'adressant aux évêques de l'Eglise, leur demandent « d'admonester publiquement le pape François pour qu'il abjure des hérésies qu'il a publiquement professées ».


Leur lettre ouverte a été publiée mardi sur le site LifeSiteNews, une plateforme proche des milieux catholiques conservateurs.


Déterminer si un membre de l'Eglise est un hérétique incombe à la Congrégation pour la doctrine de la foi, lointaine héritière de l'Inquisition.


Un porte-parole du Vatican s'est refusé à tout commentaire. Contacté par Reuters, l'universitaire Massimo Faggioli, qui enseigne l'histoire de la théologie à l'université américaine de Villanova, voit lui dans cette lettre une illustration de la « polarisation extrême » de l'Eglise catholique.


« François bénéficie d'un côté d'un soutien écrasant au sein de l'Eglise, tandis qu'une petite frange d'extrémistes tentent de le dépeindre comme un pape hérétique. Le problème, c'est que la critique constructive et légitime du pontificat de François et de sa théologie est très réduite », commente-t-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct