logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.10.2022 à 12 H 57 • Mis à jour le 26.10.2022 à 12 H 58 • Temps de lecture : 5 minutes
Par
Etude

Enquête Marco : Covid-19 a chamboulé les habitudes de 75% des Marocains

Que ce soit en termes de valeurs ou d'habitude de consommation, la crise sanitaire a clairement transformé les sociétés, les Marocains ne faisant pas exception, selon une enquête menée par l’Agence conseil internationale Marco, basée à Madrid et représentée au Maroc par l’ex-journaliste Samira Sitaïl.


L’étude, réalisée pendant les mois de mai et juin 2022, auprès de 14 200 personnes dans 14 pays, confirme ce constat et fait ressortir que toutes classes sociales, générations et régions confondues, 75 % des Marocains déclarent que la pandémie les a changés.


L’enquête « Marco 2022 : Les habitudes de consommation après la pandémie de la Covid-19 » a recueilli les avis des interrogés sur une sélection de thématiques allant de la responsabilité des marques, à l'environnement, aux sources d’information, à la place des réseaux sociaux, à la crypto-monnaie et au métavers.


La transformation la plus notable révélée par cette enquête réside dans les exigences des Marocains vis-à-vis des marques et des entreprises. Elles sont très affirmées, et pas uniquement en termes de qualité des produits ou de rapport qualité/prix.


La protection de l'environnement, la durabilité, le bien-être des salariés ou encore les valeurs en matière de diversité, sont autant de critères qui guident les choix des Marocaines et des Marocains, sachant que les femmes ont des positions beaucoup plus tranchées sur ces questions qui engagent la responsabilité des marques.


Ainsi, 84 % des Marocains considèrent qu’il est très important (63 %) ou important (21 %) qu’une marque ou une entreprise traite correctement ses employés. Les femmes y sont plus sensibles puisqu’elles sont 89 % à considérer comme très important ou important (21 %) cet aspect. D’un point de vue géographique, c’est dans les régions atlantiques que 88 % des personnes interrogées sont plus sensibles au traitement réservé aux employés.


Selon l’enquête, la promotion de la diversité par une marque ou une entreprise est considérée comme étant très importante (59 %) ou importante (32 %) pour 91 % des Marocains. Ce sont dans les régions du Sud du pays que le pourcentage est le plus élevé avec 95 %.


A la question de savoir si « ce qui est le plus important est une marque tendance ou une marque responsable », ils sont 51 % à adhérer à la responsabilité des marques avec un plébiscite beaucoup plus marqué chez les femmes qui sont 60 % à affirmer préférer les marques plus responsables contre 47 % chez les hommes.


Plus la tranche d'âge est élevée et plus la responsabilité est importante aux yeux des personnes interrogées. Ainsi, elles sont 64 % chez les 40/65 ans et seulement 42 % chez les 18/25 ans.


En ce qui concerne le respect de l'environnement par les marques, les foyers à faibles revenus y sont plus sensibles. 91 % des Marocains considèrent qu’il est très important (67 %) ou important (24 %) qu’une marque ou une entreprise respecte l’environnement. Là encore les femmes sont plus nombreuses que les hommes à considérer la question très importante (76 %) à leurs yeux.


Chez les foyers à faibles revenus, la question est très importante pour 70 % des personnes interrogées soit 4 % de plus que les classes moyennes et 5 % de plus que les classes aisées.


Globalement, les femmes sont plus soucieuses des responsabilités sociales et environnementales d’une marque. Le bas coût du produit n’arrive qu’en 4ème position chez elles.


L’enquête Marco confirme également de nouvelles tendances dans l'utilisation des réseaux sociaux, devenus sources d’information « de tout premier plan ».


Les Marocains interrogés disent consulter très souvent, comme sources d'information disponibles, Facebook (53 %), Whatsapp (51 %) et Instagram (46 %).


Les hommes sont plus nombreux à consulter souvent Facebook avec 55 % quand c’est Instagram qui est la source numéro 1 pour 62 % des femmes qui affectionnent également Whatsapp avec 58 %. La télévision arrive en 4éme position et ce sont les hommes qui la regardent plus souvent pour s’informer (33 %) que les femmes (27 %). C'est dans la tranche d'âge des 40/65 ans que le petit écran est le plus important pour 75 % qui le regardent beaucoup ou souvent. Sur l’ensemble des sondés, 44 % disent regarder rarement la télévision pour s’informer.


Dans cette même tranche d'âge, la radio est également importante puisqu'elle arrive en 4éme position avec 32 % qui l’écoute très souvent. Les journaux en ligne 29 %, Twitter 29 % et LinkedIn 25 % sont également plus importants pour les 40/65 ans quand la presse écrite ne représente que 20 %, pour l’ensemble des personnes interrogées.


Toutefois, pour ce qui est de la fiabilité de l’information, la télévision continue de se tailler la part du lion avec 68 % des Marocains qui la considèrent très fiable (39 %) ou fiable (29 %).


Il convient de retenir également que la presse écrite ne récolte que 28 % la jugeant ‘’très fiable’’.


Chez les 18/25, la télévision n’arrive qu’en 3éme position devant Whatsapp (44 %) et Instagram (40 %) mais chez les 40/65 ans, les médias traditionnels continuent d'être les plus fiables avec la télévision en tête, 46 % la considérant comme étant très fiable et 29 % fiable. La radio est en troisième position avec 33 % et la presse écrite en 7éme position avec 25 %.


Sur un autre point, dont le résultat pourrait surprendre, l’enquête montre que les Marocains sont 50 % à avoir déjà investi dans la crypto-monnaie. Les femmes sont seulement 31 % à avoir déjà franchi le pas. Il faut regarder la tranche d'âge des 40/65 ans pour trouver le pourcentage de personnes le plus important ayant déjà investi dans la crypto-monnaie avec 64 % des personnes interrogées.


Enfin, le dernier point abordé par l’enquête concerne l’univers numérique immersif, censé prolonger la réalité physique via la réalité augmentée ou virtuelle, à savoir le métavers. Environ 61 % des personnes interrogées affirment savoir ce que c’est que le métavers, surtout les hommes (64 %).


A la question de savoir quel usage elles feraient du metavers, 50 % parlent de jeux vidéos, 41 % de concerts et de musique, 31 % de shopping quand 30 % l’utiliseraient pour l’éducation.


C'est dans les tranches d'âge les plus jeunes que le métavers semble le plus intéresser, surtout pour les jeux vidéos, les concerts et la musique.


L'enquête Marco a observé les tendances de consommation sur 14 marchés clés dans le monde, répartis sur 3 continents.


Les pays étudiés comprennent les principaux marchés européens (Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne et Portugal), les marchés clés du continent africain (Maroc, Afrique du Sud, Kenya et Côte d'Ivoire) et Mexique, Brésil et Colombie pour l’Amérique Latine et les États-Unis.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct