En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.06.2020 à 17 H 10 • Mis à jour le 30.06.2020 à 17 H 10
Par
Note

HCP: l’essentiel de la situation économique du Maroc au T1-2020

Voici les points-clés de la note d’information du Haut-commissariat au plan (HCP) sur la situation économique nationale au premier trimestre 2020 :


–  Le taux de croissance de l’économie nationale s’est établi à 0,1 % au T1-2020 contre 2,8 % une année auparavant.


–  Aux prix courants, le PIB a connu une hausse de 0,4 % au lieu de 4,1 % une année auparavant, dégageant ainsi une augmentation du niveau général des prix de 0,3 % au lieu de 1,3 %.


–  La valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a enregistré une baisse de 4 % en volume au T1-2020, au lieu de 3,4 % à fin mars 2019, due au repli de l’activité de l’agriculture de 5 % et l’augmentation de celle de la pêche de 5,2 %.


–  La valeur ajoutée du secteur secondaire, en volume, a connu un net ralentissement de son taux d’accroissement passant de 4,7 % le même trimestre de l’année précédente à 0,2 %, résultant du ralentissement du rythme d’accroissement des valeurs ajoutées du bâtiment et travaux publics de 1 % et des industries de transformation de 0,6 %, ainsi que de la baisse de celles de l’industrie d’extraction de 0,4 % et de l’électricité et eau de 3,4 %.


–  La valeur ajoutée du secteur tertiaire a enregistré un repli de son taux d’accroissement passant de 3,7 % le même trimestre de l’année précédente à 1,2 %.


–  Au premier trimestre 2020, la demande intérieure s’est accrue de 0,6 % au lieu de 0,8 % à fin mars 2019, contribuant ainsi pour 0,6 point à la croissance économique nationale au lieu de 0,8 point.


–  Ralentissement de taux d’accroissement des dépenses de consommation finale des ménages à 1,4 % au lieu de 2,7 % au T1-2019, avec une contribution à la croissance de 0,8 point au lieu de 1,6 point.


–  La consommation finale des administrations publiques a affiché une hausse de 6,2 % au lieu de 3,4 %, avec une contribution à la croissance de 1,3 point au lieu de 0,7 point.


–  L’investissement brut (formation brute de capital fixe et variation de stocks) a continué à enregistrer des baisses, passant de -4,5 % au premier trimestre de 2019 à -4,8 %, avec une contribution négative à la croissance de -1,4 point au lieu de -1,5 point, durant le même trimestre de 2019. –  Les échanges extérieurs de biens et services ont dégagé une contribution négative à la croissance, se situant à -0,5 point au lieu d’une contribution positive de 2 points le même trimestre de l’année précédente. Les exportations de biens et services ont affiché une baisse de 4,4 % au lieu d’une hausse de 6,5 % une année auparavant, avec une contribution à la croissance de -1,7 point au lieu de 2,5 points, tandis que les importations ont connu une baisse de 2,4 % au lieu d’une hausse de 1,1 %, avec une contribution de 1,2 point au lieu d’une contribution négative de -0,6 point une année passée.


–  Le revenu national brut disponible a connu une baisse de 0,1 % au premier trimestre 2020 au lieu d’une hausse de 3,4 % une année auparavant.


–  L’épargne nationale s’est située à 25,4 % du PIB au lieu de 28,2 % et ce compte tenu de l’accroissement de 3,4 % de la consommation finale nationale en valeur au lieu de 3,7 % enregistré une année auparavant.


–  L’investissement brut (formation brute du capital fixe et variation des stocks) a représenté 30,6 % du PIB au lieu de 32,7 % durant le même trimestre de l’année précédente et le besoin de financement de l’économie nationale s’est aggravé par rapport au premier trimestre 2019 passant de 4,5 % du PIB à 5,1 %.

Revenir au direct