logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.05.2022 à 14 H 58 • Mis à jour le 15.05.2022 à 14 H 59
Par
Influence

Israël encourage l’apprentissage de l’hébreu au Maroc

Selon la presse israélienne, depuis la normalisation des relations entre Tel-Aviv et Rabat, un certain nombre de Marocains auraient manifesté un vif intérêt pour l’apprentissage de l’hébreu. « Nous recevons de nombreuses demandes de cours d’hébreu de la part de particuliers qui souhaitent connaître la langue, tout simplement parce que les Marocains aiment les langues et sont connus pour parler de nombreuses langues », a ainsi expliqué Einat Levi, conseillère politique et économique à la mission d’Israël à Rabat au média Israel Hayom.


Levi a ajouté que « les chefs d’entreprises sont également intéressés par l’apprentissage de l’hébreu, sachant qu’il existe une opportunité économique pour eux ». Cela s’accompagne également d’un « facteur visuel non négligeable » : la langue hébraïque se voit de plus en plus dans les ruelles des médinas, comme à Essaouira – et ce pour attirer l’œil des touristes israéliens.


Aujourd’hui, entre 1 500 et 2 000 Juifs vivent au Maroc –  environ 1 200 à Casablanca, 120 à Marrakech, 60 à Fès et des dizaines d’autres à Meknès et Agadir. Des sources au sein de la communauté parlent de « l’intérêt croissant des Israéliens qui souhaitent s’installer définitivement au Maroc pour des raisons professionnelles, ainsi que des retraités qui souhaitent s’installer dans le pays en raison du coût de la vie bon marché ».


A Rabat, des cours d’hébreu sont programmés pour les guides touristiques locaux, tandis que s’ouvre une nouvelle filière de master à l’Institut du tourisme de Tanger, qui combinera des études d’hébreu avec des cours sur les sites du patrimoine juif au Maroc.


Eyal Biram, directeur d’Israeliz, une organisation qui se dit apolitique et dédiée à lustrer l’image d’Israël à l’international, milite pour « rapprocher les jeunes du monde arabe d’Israël », et c’est par l’identité, la langue et la culture, voire une certaine nostalgie du passé qu’elle travaille désormais au Maroc.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct