En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.12.2017 à 10 H 12 • Mis à jour le 06.12.2017 à 10 H 12
Par
Moyen-Orient

La coalition saoudienne intensifie ses frappes aériennes au Yémen

La coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite (à laquelle participe le Maroc), a intensifié mercredi matin ses frappes aériennes contre les combattants Houthis au Yémen.


Le mouvement chiite soutenu par l’Iran a assis ces derniers jours son emprise sur la capitale, Sanaa, après avoir tué son ancien allié, l’ex-président Ali Abdallah Saleh coupable à ses yeux d’avoir tenu la main à l’Arabie saoudite, et mis en déroute ses partisans.


Le fils de Saleh, Ahmed Ali, un ancien commandant de la Garde républicaine, a promis mardi de prendre la tête d’une campagne militaire contre les Houthis.


Des dizaines de frappes aériennes ont visé mercredi les positions houthies à Sanaa et dans les autres provinces du nord du Yémen. Selon la chaîne télévisée Al Masirah, proche du mouvement chiite, la maison de Saleh et celles de membres de sa famille ont notamment été bombardées.


Des dizaines de milliers de partisans des Houthis ont célébré mardi à Sanaa la mort de l’ancien homme fort du Yémen, qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant 33 ans jusqu’à ce qu’il soit chassé par la rue pendant le printemps arabe de 2011.


Le revirement de Saleh, qui s’était allié dès le début de la guerre civile, il y a trois ans, au mouvement chiite face aux forces du président Abd-Rabbou Mansour Hadi, contraint à partir en exil en Arabie saoudite, pourrait constituer un tournant dans le conflit qui a déjà fait plus de 10 000 morts et provoqué une grave crise humanitaire.


L’envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a appelé les deux camps à la retenue pendant une brève intervention devant le Conseil de sécurité de l’Onu. “L’augmentation des hostilités va menacer davantage les vies des civils et accroître leurs souffrances” , a-t-il dit.

Revenir au direct