En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.04.2021 à 10 H 14 • Mis à jour le 12.04.2021 à 10 H 14
Par
Maghreb

L’Algérie accuse le Maroc d’entretenir «le trafic des armes» aux frontières

« L’Algérie pose une nouvelle condition à la réouverture de ses frontières terrestres avec le Maroc, fermées depuis 1994 », souligne Yabiladi, qui relève le contenu des déclarations du ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer au site Arabic Post, accusant notamment Rabat d’entretenir « le trafic d’armes » à ses frontières.


« La demande de la réouverture des frontières par les responsables marocains ne suffit pas, car ces derniers doivent avoir de bonnes intentions et prendre les mesures nécessaires pour cesser les atteintes et les crimes à l’encontre de l’Algérie aux frontières, notamment le trafic des armes et de le drogue », a indiqué le ministre algérien.


Cette nouvelle accusation s’ajoute à celles régulièrement opposées au royaume par La Mouradia, à savoir « la campagne médiatique » menée contre Alger et « l’inondation du pays par la drogue ».


Yabiladi retient que ce discours sur l’introduction supposée d’armes en territoire algérien est une réminiscence d’un des principaux griefs objectés au Maroc lors de la « décennie noire » en Algérie, lorsque les généraux accusaient régulièrement le royaume de soutenir en sous-main les groupes islamistes armés.


De son côté, le Maroc, dont il est exigé de la part du président Abdelmadjid Tebboune des « excuses » comme préalable à toute réouverture des frontières, alerte souvent devant les instances internationales sur la menace que revêt la collusion de certains éléments du Polisario avec les groupes jihadistes qui s’activent au Sahel et dont l’une des activités illicites est justement la prolifération des armes…

Par
Revenir au direct