En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.11.2018 à 10 H 04 • Mis à jour le 21.11.2018 à 10 H 04
Par
Islam

Le Maroc admet financer et contrôler les mosquées de Ceuta et Melilla

L’islam de Ceuta (Sebta) et Melilla serait directement financé par Rabat. Selon des informations de l’agence EFE, près de 34 mosquées à Ceuta, sur 42, et 17 à Melilla seraient directement financées par le ministère des Affaires islamiques et des Habous, citant un rapport de celui-ci. Selon la même source, ce chiffre correspondrait à quasiment l’ensemble des mosquées dans le cas de la seconde enclave espagnole au nord du Maroc.


Par ailleurs, l’agence de presse espagnole ajoute que de manière hebdomadaire, des imams font le déplacement de Nador à Melilla et de Tétouan à Ceuta, pour assurer la prière du vendredi. Officiellement, le Maroc continue de considérer les deux cités comme des “villes occupées”  par l’Espagne, bien qu’aucune demande de réclamation n’a été formulée par Rabat.


Une situation plutôt saluée, par Abdelkrim Allal Aissa, le président de la commission islamique de Melilla, autorité représentative des musulmans de la ville. Celui-ci, dans des déclarations à la même source, avoue qu’il « est préférable que le Maroc continue à gérer les mosquées, étant donné son modèle de modération en comparaison avec le wahhabisme et le radicalisme venant d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis », un argumentaire qu’on retrouve aussi chez d’autres communautés marocaines européennes, comme en France. Abdelkrim Allal Aissa, concède toutefois qu’il subsiste quelques problèmes, à l’image de la maîtrise de la langue par les imams venus du Maroc, parlant darija et arabe, mais ne maitrisant pas l’espagnol…

Revenir au direct