En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.01.2018 à 13 H 26 • Mis à jour le 26.01.2018 à 13 H 26
Par
Addis Abeba

Le Maroc élu au Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine

Le Maroc a été élu, vendredi à Addis-Abeba, au Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union Africaine (UA), lors de la 32ème session ordinaire du Conseil Exécutif du bloc panafricain, qui se tient dans la capitale éthiopienne en prélude au sommet des Chef d’Etats et de gouvernement (28-29 janvier).


Le Maroc siégera ainsi au CPS pour un mandat de deux ans (2018- 2020), renouvelable. Le Maroc, candidat unique de la région Afrique du nord, a recueilli 39 voix. Les deux-tiers nécessaire pour cette élection est de 36 voix.


Le CPS est l’organe intergouvernemental de l’Union Africaine, en charge des questions de Paix et de Sécurité, sur le continent. Constitué de 18 membres représentant les cinq régions du Continent (Nord, Ouest, Centrale, Est et Australe), le Conseil examine les situations de conflits qui prévalent en Afrique.


Conformément au mécanisme établi par le Protocole relatif au CPS, l’organe exécutif de l’UA se compose de 15 Etats membres, a savoir dix pays élus pour un mandat de deux ans et cinq autres élus pour un mandat de trois ans, ceci afin d’assurer une continuité dans les activités du CPS. Le Maroc et les neuf autres membres qui viennent d’être élus rejoindront l’Egypte, le Nigeria, le Kenya, la Zambie et le Congo qui garderont leurs sièges au CPS, jusqu’à mars 2019. L’Algérie qui occupait un siège voit son mandat expirer le 31 mars, mais compte revenir dès 2019.



Le CPS demeure une plateforme essentielle pour les Etats membres de l’UA d’affirmer leur doctrine diplomatique sur les questions des conflits et de stabilité. Les représentants du Maroc seront confrontés néanmoins à l’Algérien Smaïl Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité et fervent défenseur du Polisario dont le mandat ne s’achève qu’en 2021.

Par
Revenir au direct