S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.04.2020 à 21 H 47 • Mis à jour le 29.04.2020 à 00 H 39 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Covid-19

Le Maroc rejette l’accusation d’abus de la police dans l’application de l’état d’urgence sanitaire

Georgette Gagnon, directrice des opérations du Haut-Commissariat des Nations Unies, a inclus le Maroc parmi les 15 pays qu’elle a identifiés où les actions de la police pour faire appliquer les mesures de l'état d'urgence sanitaire étaient jugées les plus troublantes. En réplique, la mission diplomatique du Maroc a déclaré qu'elles étaient conformes à «l’état de droit »

Le Maroc a rejeté les allégations de brutalités policières dans le cadre de l'application des interdits visant à empêcher la propagation du coronavirus, après qu'un responsable du bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme l'ait inclus dans une liste de pays où les répressions avaient soulevé des inquiétudes, rapporte l'agence Reuters.


La Haut-commissaire Michelle Bachelet a accusé certains gouvernements d'utiliser les pouvoirs d'urgence invoqués dans la lutte contre le coronavirus « pour étouffer la dissidence, contrôler la population et même perpétuer leur mandat ».


Bachelet n'a nommé aucun pays. Mais lors d’une conférence de presse à Genève, Georgette Gagnon, directrice des opérations sur le terrain du Haut-Commissariat des Nations Unies, a inclus le Maroc parmi les 15 pays qu’elle a identifiés où les actions de la police pour faire appliquer les mesures de l'état d'urgence sanitaire étaient jugées les plus troublantes.


La mission diplomatique du Maroc à Genève a déclaré dans un communiqué que les mesures adoptées par le Maroc pour contenir le coronavirus étaient conformes à « l’état de droit dans le plein respect des droits de l’homme ».


« Les fausses informations sur les violations présumées partagées par certains médias ne sont pas fondées et n'ont été mentionnées dans aucun document officiel du Haut-Commissariat aux droits de l'homme », indique le communiqué.


Les opérations sécuritaires menées pour imposer l'état d’urgence sanitaire, décrété pour enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), ont permis l’interpellation, au cours des dernières 24h, de 4 582 individus, dont 1 934 ont été placés en garde à vue à la disposition des enquêtes préliminaires ordonnées par les parquets compétents, alors que les autres ont été soumises aux procédures d’investigation, de pointage et de vérification d’identité, a indiqué le 28 avril, la DGSN.


La police marocaine a enregistré près de 77 000 violations des mesures visant à contenir le coronavirus et près de 41 000 personnes attendent d'être jugées pour cela, a indiqué une source marocaine à Reuters. Les procureurs ont déclaré que 5 % d'entre elles étaient en détention.


Plus de 40 000  personnes ont été poursuivies par les Parquets auprès des tribunaux du Royaume pour violation de l'état d’urgence sanitaire, dont plus de 2 000 ont été déférées devant les tribunaux en état de détention, et ce depuis l’entrée en vigueur du décret-loi n° 2.20.292  a confirmé récemment la présidence du Ministère public.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct