En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.02.2021 à 13 H 31 • Mis à jour le 26.02.2021 à 13 H 31
Par
Immigration

Le parti d’extrême-droite Vox veut interdire les visas aux Marocains accusés d’envahir l’Espagne

Lors d’une séance plénière tenue le 25 février au parlement espagnol, le parti d’extrême-droite Vox a de nouveau mis la question de l’immigration sur la table pour exiger des sanctions contre trois pays émetteurs, le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie.


Une proposition qui a été ressentie par le reste des groupes politiques comme typique « d’une attitude d’avant-guerre », d’autant plus que les pays visés sont dans de nombreux cas des partenaires privilégiés de l’Union européenne.


Vox a ainsi exigé que les visas ne soient pas accordés aux citoyens de ces pays et que des sanctions leur soient imposées pour ce qu’ils considèrent comme une « invasion migratoire ». Une « invasion », assurent-ils, qui profite, selon eux des mesures de protection contre « le virus chinois », « devant être destinés au Espagnol et aux immigrés qui ont une résidence légale dans notre pays ».


La proposition a rencontré l’opposition de tous les groupes de l’Assemblée, à commencer par le PSOE (socialiste), qui a indiqué l’intérêt stratégique pour l’Espagne et l’Union européenne envers l’Afrique du Nord, pour des questions telles que la lutte contre le terrorisme, déclarant que des propositions telles que celle présentée par Vox ne contribueraient pas à apporter des solutions à la situation, sinon à l’aggraver.


Dans le même ordre d’idées, le MDYC et Caballas se sont exprimés rappelant à Vox que la majeure partie de l’immigration irrégulière provient du continent américain et arrive par les aéroports. Une immigration que le porte-parole de Vox a prétendu préférer à celle des « pays de culture opposée à la nôtre ». Dans le cas de Caballas, la manipulation de la réalité effectuée par Vox a été regrettée, notamment dans sa référence au détournement de fournitures médicales vers des immigrés arrivant sur la côte espagnole.


Enfin, le Parti populaire (droite) a regretté cette proposition « mal placée qui dénote de l’ignorance de Vox des relations internationales », soulignant également que sa proposition s’apparente à une « déclaration de guerre », d’autant que Vox a attaqué spécifiquement le Maroc le qualifiant de « pays qui abuse et qui est un ennemi de la ville de Ceuta et n’est pas un allié de la nation espagnole ».

Par
Revenir au direct