En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.02.2021 à 09 H 18 • Mis à jour le 16.02.2021 à 09 H 18
Par
Sahara

Les parlementaires marocains répliquent à la lettre des députés algériens à Biden

Les présidents des groupes et groupements parlementaires aux deux Chambres ont exprimé leur « grand étonnement et leur profond regret » devant le contenu de la lettre des groupes parlementaires des deux Chambres du Parlement algérien au nouveau président américain, Joe Biden, dans laquelle ils l’appellent à retirer la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara.


Dans une lettre conjointe des deux chambres du parlement marocain, adressée à leurs homologues en Algérie, les présidents de groupes et groupements soulignent que cette démarche « est loin de l’esprit de fraternité unissant nos deux pays et peuples ».


« Nous sommes profondément convaincus que vous exprimez la volonté du peuple algérien frère, sans aller à l’encontre du droit inaliénable du Maroc à son intégrité territoriale, sans ignorer les liens de fraternité et de bon voisinage et loin de tout calcul quel qu’il soit, et ce, à l’instar du peuple marocain qui souhaite, sincèrement, progrès et développement au peuple algérien », affirment les parlementaires marocains.


« On attendait des représentants du peuple algérien frère d’invoquer la longue histoire de lutte commune pour l’indépendance et contre l’occupant, qui a semé les graines de la discorde » et de « faire preuve de sagesse, afin d’éviter le piège consistant à s’aligner du côté des supporters de la thèse séparatiste stérile, appuyée, injustement, par les milieux officiels dans votre pays frère », lit-on dans la lettre.


La position des parlementaires algériens confirme, concrètement, « l’étendue de l’ingérence de l’État frère d’Algérie et de ses organes représentatifs du peuple algérien dans les affaires intérieures d’un pays voisin, et dans les décisions souveraines prises par des États suivant la volonté de leurs institutions », ont-ils noté. C’est une ingérence, selon les députés marocains, « qui contredit ce que la position officielle algérienne revendique d’une prétendue neutralité dans tout ce qui concerne la question de l’intégrité territoriale du Royaume, qui est l’une des constantes de la nation marocaine ».


« Le contenu de la correspondance intervient, malheureusement, contre la légitimité internationale, fait fi des différentes résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et contredit les positions internationales et la légitimité des Nations Unies qui ont qualifié l’Autonomie proposée par le Maroc, de sérieuse et crédible, la considérant comme un cadre approprié pour résoudre ce conflit, » ajoute la même source.


Les présidents des groupes parlementaires marocains ont appelé « à évoquer l’histoire et le patrimoine communs unissant les deux peuples », soulignant que le Royaume est attaché toujours à l’approche de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie, comme c’est le cas avec les autres pays.


Ils ont appelé les représentants de la nation algérienne « à travailler ensemble, avec le reste des pays de la région, pour la fondation d’une Union maghrébine forte qui réalise les intérêts des peuples des deux pays et renforce l’unité, la solidarité et la synergie et qui, en son sein, vont être multipliées les opportunités de développement partagé entre tous les citoyens du Maghreb ».


Et de souligner que « cette ambition ne verra pas le jour, en fabriquant des micro-États et en attisant les tendances de séparatismes et de fanatisme national, qui sont loin de notre culture et notre civilisation ».

Par
Revenir au direct