En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.02.2021 à 16 H 03 • Mis à jour le 26.02.2021 à 16 H 03
Par
Diplomatie

L’Espagne sera «ferme» dans la défense de ses eaux territoriales face à l’Algérie, autant qu’avec le Maroc

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a assuré le 25 février que l’Espagne sera « ferme » dans les négociations avec l’Algérie, comme avec le Maroc, sur la délimitation des eaux territoriales et elle le fera conformément aux principes établis par les Nations Unies, a rapporté l’agence EFE..


González Laya a évoqué le différend maritime entre l’Espagne et l’Algérie lors de sa comparution à la commission des affaires étrangères du Sénat espagnol pour faire rapport sur la nouvelle stratégie d’action étrangère.


Le sénateur du parti de gauche Més per Mallorca, Vicenç Vidal, a soulevé cette question avec inquiétude car la limite que le pays maghrébin a placée unilatéralement sur ses eaux il y a trois ans s’étend à celles qui entourent l’île de Cabrera, dans l’archipel méditerranéen des îles Baléares, qui les inclut dans sa zone économique exclusive, c’est-à-dire son espace maritime jusqu’à deux cents milles marins, à environ 370 kilomètres de la côte algérienne.


L’Espagne avait déjà inclus les eaux entourant les îles Baléares dans sa zone économique exclusive.


Selon la ministre, « le moment n’est pas venu de délimiter les eaux maritimes et encore moins dans l’espace où il y a des chevauchements », comme c’est le cas avec l’Algérie.


« Mais quand il y en aura, nous serons fermes dans la défense des principes des Nations Unies », a-t-elle ajouté.


Selon l’ONU, quand il y a deux pays qui revendiquent la souveraineté maritime sur la même zone, « il ne peut y avoir unilatéralisme et il doit y avoir une négociation », a déclaré González Laya, qui a rappelé que « c’est l’accord que l’Espagne a avec l’Algérie et Maroc ».


Dans le cas du Maroc, il y a une lutte similaire, Rabat considère que sa frontière maritime comprend les eaux des îles Canaries.


Vidal a exprimé ses soupçons sur le fait que l’Algérie pourrait avoir des intérêts gaziers qui affectent le Parc National Maritime-Terrestre de l’Archipel de Cabrera.

Par
Revenir au direct