En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.07.2020 à 17 H 19 • Mis à jour le 11.07.2020 à 17 H 20
Par
Marchés

L’essentiel du rapport 2019 de l’AMMC sur l’investissement étranger et instruments financiers

Voici l’essentiel du rapport de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) sur l’investissement étranger et instruments financiers au titre de l’année 2019 :


–  La part de la capitalisation boursière détenue par les étrangers s’est élevée à 31,94 % à fin 2019, pour un montant de 200,19 milliards de dirhams (MMDH). En montants investis, les capitaux étrangers ont augmenté de 5,61 %.


–  En termes de participations stratégiques, les deux secteurs “Électricité”  et “Équipements électroniques et électriques” , représentés respectivement par les sociétés Taqa Morocco et Nexans Maroc, affichent un taux de détention respectifs de 86 % et 84 %. Ces secteurs sont suivis par les secteurs “Boissons” , “Télécommunications” , “Ingénieries et biens d’équipement industriels”  et “Services aux collectivités”  qui sont détenus à plus de 50 % par les étrangers.


–  Par origine d’investisseurs, ceux d’Europe et du Moyen-Orient représentent à eux seuls 95 % de l’investissent global des étrangers et plus que 30 % de la capitalisation boursière. En valeur, ils ont atteint 190 MMDH en 2019, en hausse de 4,39 % par rapport à 2018.


–  La part des investissements des personnes morales étrangères non résidentes s’est maintenue au-dessus de la barre de 99 %. Elle a représenté, au terme de l’année 2019, 99,11 % du total de l’investissement étranger en actions cotées, soit 198,41 MMDH.


–  Près de 99,98 % de la capitalisation boursière est conservée auprès des teneurs de comptes marocains affiliés au Dépositaire Central Maroclear. Seule la valeur Itissalat Al-Maghrib est en partie conservée hors du Maroc, auprès de teneurs de comptes conservateurs affiliés au dépositaire central français Euroclear France.


–  A fin 2019, l’encours des titres de créance détenus par les étrangers et les MRE s’est élevé à 2,42 MMDH. Plus de 83 % de l’encours appartient aux personnes morales étrangères non résidentes, suivies par les personnes physiques étrangères résidentes (9,06 %).


–  Les positions des étrangers sur les titres de créance concernent exclusivement des valeurs non cotées en bourse dont 51 % investis en obligations, 13 % en certificats de dépôt et 36 % en bons du Trésor.


–  A fin 2019, le montant de l’investissement étranger en titres d’Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) a atteint 2,9 MMDH, en hausse de 59,39 %. Les personnes morales étrangères non résidentes sont les premiers contributeurs dans l’investissement étranger en OPCVM avec un montant de 1,14 MMDH, soit 39,31 % du total des montants investis, suivies par les personnes physiques résidentes et les MRE avec des parts respectives de 25,96 % et 22,33 %.


–  La part détenue par les étrangers dans l’actif net global des OPCVM demeure insignifiante et passe de 0,43 % en 2018 à 0,46 % en 2019. La part de l’investissement des personnes morales dans ce véhicule d’investissement a connu une hausse significative, atteignant ainsi 1,22 MMDH, soit 48 % de l’investissement étranger en titres d’OPCVM contre moins de 10 % de l’investissement étranger un an auparavant.


–  Les étrangers ont été à l’origine de 19,07 % du volume transactionnel global sur les deux marchés central et blocs, soit 11,03 MMDH. Cette part est constituée à hauteur de 77 % par les transactions opérées sur le marché central. Par qualité d’investisseurs, les personnes morales arrivent en tête des investisseurs avec 96 % du volume transactionnel étranger.


–  La répartition sectorielle des volumes échangés par les étrangers se caractérise par sa concentration sur cinq secteurs majeurs avec un poids cumulé de 84,86 %. Le secteur “Banques”  affiche la part la plus élevée, suivi par le secteur “Immobilier”  et le secteur “Télécommunications”  avec des parts respectives de 27 %, 24 % et 20 %. En quatrième position, le compartiment des “Distributeurs”  enregistre une part de 12 %, suivi par l'”Agroalimentaire et production”  (5 %).

Revenir au direct