En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.05.2019 à 18 H 04 • Mis à jour le 22.05.2019 à 18 H 04
Par
Etats-Unis

L’Etat de Washington légalise le compost humain

L’Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis, est devenu le premier Etat américain à légaliser la transformation des restes humains en compost pour nourrir les sols.


La loi a été promulguée mardi par le gouverneur de l’Etat, Jay Inslee, candidat à l’investiture démocrate en vue de la présidentielle de 2020 qui axe sa campagne sur la protection de l’environnement et la lutte contre les dérèglements climatiques. Elle entrera en vigueur en mai 2020.


Cette pratique de « réduction organique naturelle » est une alternative aux enterrements ou aux crémations, énumère Katrina Spade, fondatrice de Recompose, une société basée à Seattle qui se prépare à la commercialiser.


Elle apporte une réponse à la question de l’espace disponible pour les inhumations classiques dans un contexte de raréfaction du foncier. Et elle permet d’éviter l’émission de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie liées à une crémation.


Le processus adapte aux corps humains des méthodes utilisées de longue date déjà par les fermiers pour les carcasses de chevaux et autres têtes de bétail.


Les corps seront recouverts de morceaux de bois et disposés dans un conteneur hexagonal qui facilitera le processus de décomposition naturelle en créant une environnement favorable à l’action des microbes et bactéries. Au terme d’un délai de 30 jours, les familles des défunts récupéreront environ 0,65 mètre cube d’une terre enrichie.


Cette évolution s’inscrit dans un changement rapide des mentalités dans la prise en charge du corps des défunts. D’après une étude commandée en 2018 par l’Association nationale des entrepreneurs des pompes funèbres, un Américain sur deux se disait intéressé par une prise en charge éco-compatible de son corps après la mort.

Revenir au direct