En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.12.2016 à 14 H 59 • Mis à jour le 30.12.2016 à 14 H 59
Par
ONCF

LGV Tanger-Kénitra : signature d’un avenant au contrat ONCF-SNCF

Jeudi 29 décembre, Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF et son homologue de la SNCF française, Guillaume Pepy « sont venus décréter la mobilisation générale » pour achever le chantier du premier tronçon de la future LGV reliant sur 200 km Tanger à Kénitra. « Ils ont pris acte du retard important des travaux en signant un avenant au contrat initial entre les deux entreprises. La ligne aurait dû être mise en service en décembre 2015. Elle ne sera finalement ouverte qu’à la mi-2018 », écrit Le Monde dans son édition du 30 décembre dans un article consacré au projet hors-norme : « cinq mille six cents hommes et leurs machines s’affairent sur un chantier de 200 kilomètres qui accumule les superlatifs : l’équivalent de 60 montagnes de terre déplacées en cinq ans, le plus long viaduc pour TGV jamais réalisé, l’équivalent de 100 kilomètres de pieux ancrés dans le sol, 700 000 traverses, 48 000 tonnes de rail…(… ) un défi et une fierté pour le royaume, qui sera le premier pays du continent africain à être capable de lancer un train à 320 km/h sur son réseau ferré  ». Cité par le journal, Rabie Khlie, souligne que « le Maroc est en train de bâtir la LGV aux standards européens la moins chère du monde », soit 9 millions d’euros du kilomètre, contre plus de 20 millions d’euros sur la même distance pour la LGV Tours-Bordeaux.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct