En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
18.05.2021 à 13 H 23 • Mis à jour le 18.05.2021 à 13 H 23
Par
Crise

Maroc-Espagne: Sanchez promet «de la fermeté» et se rend à Ceuta et Melilla

La crise migratoire à Ceuta, qui a pris des proportions inédites met le gouvernement espagnol en état d’alerte maximale, rapporte la presse ibère.


Le président de l’exécutif a annulé son déplacement à Paris, qui était prévu ce mardi, et s’est exprimé après un Conseil des ministres à travers un communiqué institutionnel pour rassurer la population, dans lequel il a promis « de la fermeté » pour rétablir au plus vite la normalité dans l’enclave.


Bien qu’il ait également adressé un message au Maroc, pays « partenaire et ami de l’Espagne » : il a exigé « le respect des frontières mutuelles ». Sanchez, dans un geste fort de symboles, a aussi annoncé qu’il se rendra aujourd’hui à Ceuta (Sebta) et Melilla, tandis que l’ambassadrice du Maroc à Madrid a été convoquée par la diplomatie espagnole.


La situation a pris une ampleur jamais atteinte ces dernières heures après l’entrée de quelque 6 000 migrants illégaux, majoritairement marocains, par les brise-lames frontaliers. Beaucoup sont arrivés à pied et ont nagé tandis que les autorités marocaines répondaient passivement, un geste qui a été compris comme une punition pour l’Espagne pour avoir admis et hospitalisé à Logroño, le 18 avril, le chef du Front Polisario, Brahim Ghali.


Parmi les arrivées dans les dernières heures, on estime qu’il pourrait y avoir environ 1 500 mineurs. La mort d’au moins un homme qui a tenté de traverser la frontière a été attestée. L’armée espagnole a déjà déployé des troupes pour des tâches de surveillance, en plus du renforcement des effectifs par 150 policiers nationaux et 50 gardes civils.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct