En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
31.05.2021 à 17 H 02 • Mis à jour le 31.05.2021 à 17 H 02
Par
Crise migratoire

Maroc-Espagne : Sánchez rejette la déclaration de la diplomatie marocaine

La tension entre Madrid et Rabat n’a toujours pas baissé. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez a été invité ce lundi à commenter la diffusion par le ministère marocain des Affaires étrangères (MAE) d’une déclaration destinée à l’opinion publique espagnole sur la crise entre les deux Royaumes.


« Si ce que l’on dit du côté du MAE marocain, c’est qu’on a utilisé l’immigration irrégulière, en d’autres termes, l’assaut sur les frontières espagnoles par plus de 10 000 marocain, en 48 heures, pour des désagréments en politique extérieure, alors, pour moi c’est inacceptable. Pour ces raisons, je refuse cette déclaration », a-t-il martelé, en guise de réponse.


« Il est inadmissible qu’un gouvernement dise que l’on attaque les frontières, en l’occurrence celles de l’Espagne, et que s’ouvrent les frontières pour qu’entrent 10 000 migrants en moins de 48 heures dans une ville espagnole telle que Ceuta, pour des différences, des désaccords et des divergences en politique extérieure », a renchéri Sánchez.


Plus tôt dans la journée, la diplomatie marocaine a diffusé une « déclaration » par laquelle elle espère « éclairer en faits, données et chiffres » l’opinion publique ibérique sur la crise que traversent deux pays voisins. Alors que le chef du Polisario, Brahim Ghali, doit comparaître ce mardi devant un juge d’instruction de l’Audiencia Nacional, Rabat a assuré que c’est « une évolution dont le Maroc prend note, cependant, elle ne représente pas le fond de crise grave entre les deux pays voisins ».



©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct