logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.05.2022 à 20 H 40 • Mis à jour le 09.05.2022 à 20 H 40
Par
Bourse

Maroc Telecom lance le programme de rachat de ses actions

Le groupe Maroc Telecom (Itissalat Al-Maghrib) lance un programme de rachat de ses propres actions en vue de favoriser la liquidité du marché. Pour rappel, l'opérateur de téléphonie s'était attaché les services de la banque privée française Rothschild Martin Morel, née de la fusion entre Rothschild &  Co et la compagnie financière Martin Maurel en 2017.


Ce programme, approuvé lors de l'assemblée générale ordinaire de la société tenue le 29 avril dernier, est d'une durée de 18 mois (du 16 mai 2022 au 15 novembre 2023) et fixe à 1 500 000 le nombre maximum d'actions à détenir, soit 0,17 % du capital, selon l'Avis n° AV-2022-035 de la Bourse de Casablanca.


Le prix maximum unitaire d'achat a été fixé à 185 dirhams et le prix minimum de vente est de 97 dirhams, précise-t-on de même source.


Pour renforcer la liquidité du titre, un contrat de liquidité est adossé à ce programme de rachat dans la limite de 20 %, soit un maximum de 300 000 actions.


Le programme de rachat consiste à intervenir sur le marché de l'action par l’émission d’ordres d’achat et/ou de vente dans l’objectif de favoriser la liquidité de l’action, lit-on dans une notice d'information relative au programme de rachat d’actions.


À travers ce programme, l’émetteur ne vise pas la constitution d’un stock de titres afin de procéder ultérieurement à une opération financière ou à une allocation aux salariés, ni l’annulation postérieure des titres rachetés ou la recherche d’un résultat financier. il ne s'agit pas non plus d'un soutien du cours en s’opposant à une tendance forte du marché, selon la même source.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct