En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.05.2019 à 14 H 13 • Mis à jour le 15.05.2019 à 14 H 27
Par
Presse

Medias24 rejoint Le Desk et TelQuel dans le modèle payant

Dans une analyse claire et concise, Naceurddine Elafrite, cofondateur du groupe Médias24 (medias24.com et leboursier.ma) qu’il dirige, annonce que celui-ci lancera (avant l’automne prochain, selon nos sources) une formule premium payante.


« Si les lecteurs veulent une presse de qualité, il faut qu’ils acceptent de payer le contenu », écrit à juste titre le patron de presse. Une décision, qui suit celle pionnière du Desk en 2015 et qu’Elafrite motive par des arguments de bon sens, maintes fois répétés à des responsables gouvernementaux demeurés malheureusement autistes face à l’urgence. La question centrale du modèle économique de la presse n’étant pas au cœur des préoccupations des décideurs politiques.


Pourtant, comme le souligne le patron du groupe Medias24, « la crédibilité, la production de true news, n’a pas de prix, mais elle a un coût. Et ce coût est exorbitant au regard de l’étroitesse du marché et des dérives qu’il subit ».

 

Dans la panoplie des sources de financement possibles, « le payant représente l’avenir », rappelle-t-il, malgré le piratage des contenus disséminés via WhatsApp notamment, ou tout simplement par l’industrie des « pilleurs de l’info » qui pullulent sur le net, un « poison » dénoncé par Mohamed Ezzouak, directeur de Yabiladi dans un récent éditorial.


Cette logique n’est pas fortuite, tant « les règles du marché sont biaisées » explique point par point Elafrite, tout comme nous l’écrivions au moment où TelQuel s’engageait aussi sur cette voie en 2018. Un choix nécessaire qui consolide une vision du journalisme moderne engagé dans sa mission essentielle qui est celle d’offrir aux lecteurs le meilleur contenu, dans le meilleur écrin. Une offre réellement premium, de qualité, à l’opposé de la spirale mortifère du buzz et de la course effrénée aux clics qui donne l’avantage avant tout aux médias sensationnalistes ou à ceux qui versent presque exclusivement dans le contenu de marques (brand content), pratique de plus en plus imposée par les publicitaires.

Revenir au direct