En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.05.2021 à 19 H 25 • Mis à jour le 23.05.2021 à 19 H 28
Par
Diplomatie

Nasser Bourita: « l’Espagne a créé une crise et veut la faire assumer à l’Europe »

Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, est intervenu ce dimanche à la radio française Europe 1 pour commenter les derniers développements de la crise migratoire. Invité de l’émission Europe Soir Week-end, le responsable gouvernemental a d’emblée rappelé le bilan des réalisations du Maroc en matière de lutte contre l’immigration : « Durant quatre ans, le Maroc a démantelé 8.000 cellules de trafic d’êtres humains, 14.000 tentatives de migration clandestines, dont 80 tentatives d’incursion et d’assaut sur la ville de Ceuta », indique-t-il, poursuivant que le Maroc a échangé avec l’Espagne plus de 9 000 informations.


« Le bon voisinage n’est pas un sens unique, n’est pas une responsabilité du Maroc et une liberté pour ses partenaires d’agir contre ses intérêts », ajoute-t-il. Au micro de la journaliste française Wendy Bouchard et à une réponse portant sur les accusations formulées par des représentants de l’Europe sur un supposé chantage du Maroc avec le dossier de la migration, Nasser Bourita rétorque : « le problème est mal posé. C’est comme si le Maroc avait une obligation d’agir pour protéger l’Europe. Le Maroc n’est pas obligé. Il le en fait en partenaire et le partenariat a des fondements. Il est réciproque et fondé sur une compréhension des intérêts et des uns et des autres ».


« On ne peut pas manigancer le soir contre le partenaire et lui demander le lendemain d’être loyal. L’Espagne n’a pas consulté l’Europe avant de prendre les décisions qu touchent les intérêts du Maroc. L’Espagne n’a pas consulté l’Europe avant de passer outre des normes Schengen pour accepter l’entrée de manière frauduleuse d’une personne recherchée par la justice espagnole », déclare Nasser Bourita, précisant que « l’Espagne a créée une crise et veut la faire assumer l’Europe ».


« Contrairement à ce que dit madame la ministre espagnole des Affaires étrangères, il n’y a pas de contact ente le Maroc et l’Espagne depuis le déclenchement de cette crise. Le Maroc n’a jamais été informé de l’arrivée de cet individu. Il pose des questions simples : est-ce qu’il est normal dans un état de droit par rapport à un partenaire comme Maroc de falsifier un rapport , d’usurper une identité pour faire rentrer quelqu’un dans l’Union Européenne », ajoute le diplomate.


Au sujet de l’Union Européenne, le ministre des Affaires étrangères précise que « le Maroc fait la distinction entre des relations très bonnes avec l’Union Européenne et avec la quasi-totalité des pays membres, et une crise bilatérale née d’une attitude hostile de la part de l’Espagne. On essaye de détourner le débat », répond-il, certainement en réaction aux menaces de couper les aides au Maroc… 


« Si l’Espagne pense que la crise pourrait être résolue en exfiltrant le monsieur [Brahim Ghali, ndlr] par les mêmes procédés, c’est qu’ils cherchent le pourrissement, l’aggravation de la crise, voire même la rupture », conclut-il dans son interview avec Europe 1.


©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct