logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.08.2022 à 12 H 33 • Mis à jour le 27.08.2022 à 12 H 33 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Fertilisants

OCP concurrencé par un Turc en Ethiopie, alors qu’il développe des engrais adaptés aux sols du pays

Selon la presse spécialisée, le groupe OCP teste 18 nouvelles formules d'engrais adaptées au sol éthiopien. Les nouvelles formules visent à traiter la forte prévalence de sols acides en Éthiopie qui affecte 43 % des terres cultivées de pays de la Corne de l’Afrique, ce qui signifie près de la moitié des près de 15 millions d'hectares cultivés.


Umer Hussein, ministre de l'agriculture, a confirmé l’information et a déclaré que le géant des phosphates se préparait également à relancer son usine d'engrais dans le pays, Addis-Abeba ayant décidé d'arrêter les importations d'engrais dans un délai maximum de trois ans.


Pour rappel, associé aux autorités éthiopiennes, le groupe OCP avait annoncé dès 2016 un projet de complexe de fertilisants en Ethiopie de plus de 2 milliards de dollars sur cinq ans. L’annonce avait été faite à l’occasion d’une visite officielle de Mohammed VI dans ce pays et à la veille du grand retour de Rabat au sein de l’Union africaine (UA) dont le siège est à Addis-Abeba. Le chantier a cependant pris du retard, en raison notamment de l’instabilité politique qu’a connu l’Ethiopie ces dernières années.



« Le premier ministre Abiy nous a dit que l'Éthiopie devait avoir sa propre usine d'engrais d'ici deux à trois ans, et devenir autosuffisante en engrais. Notre plan d'autosuffisance alimentaire ne peut réussir, sans devenir autosuffisant en engrais. Deux des trois ingrédients nécessaires à la fabrication d'engrais sont disponibles en Éthiopie. Le reste des ingrédients viendra du Maroc », a déclaré Umer Hussein.


Cette initiative fait partie des efforts d'OCP pour obtenir une licence d'investissement en Éthiopie, avance-t-on. Cependant, Turkish Calik Holding fait également une offre pour obtenir le même droit. Le 5 juillet dernier, les responsables de Calik Holding et de ses filiales ont signé un protocole d'accord (MoU) avec Takele Uma, ministre des mines, pour établir une usine d'engrais en Éthiopie, une unité de production d'or mais aussi l'exploration et la production de gaz naturel.


Après qu'une délégation dirigée par Ahmed Shide, ministre des Finances, s'est rendue au Maroc en septembre 2021, le projet de fabrication d'engrais à grande échelle d'OCP en Éthiopie devait démarrer « immédiatement », avance-t-on. Cependant, l'investissement a été retardé car la principale matière première pour fabriquer l'engrais, qui devrait provenir du gaz naturel, ne s'est pas encore matérialisée.


L'Éthiopie est en train de choisir une société capable d'extraire le gaz naturel dans la région de l'Ogaden. Pour l'instant, OCP est autorisé à gérer deux usines de mélange d'engrais. Il en existe cinq usines en Éthiopie, installées il y a des années mais non fonctionnelles.


Les autorités éthiopiennes ont décidé d'opérationnaliser au moins deux de ces usines de « blend ». Les 10 000 tonnes métriques (MT) sur les 60 000 MT fournies par OCP, sont destinées à ces deux usines de mélange. Cet engrais provenant du Maroc sera mélangé à d'autres ingrédients et sera utilisé pour traiter les sols acides en Éthiopie.


Les deux usines de mélange à Oromia et Amhara seront opérationnelles dès l'arrivée du KSP de 10 000 quintaux, qui se trouve actuellement au port de Djibouti. Le reste des 50 000 tonnes d'engrais NPSB (Azote, Phosphate, Soufre, Bore) est directement utilisé par les agriculteurs. Pour la campagne agricole qui démarre fin septembre, le ministère de l’agriculture éthiopien prévoit de cultiver un million d'hectares de terres.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct