En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.05.2021 à 13 H 44 • Mis à jour le 26.05.2021 à 14 H 10
Par
Diplomatie

Pour Berlin, la coopération avec Rabat sur l’hydrogène vert est compromise

Le ministre fédéral allemand du développement, Gerd Müller, a conclu en juin 2020 un accord avec Rabat pour la construction d’une première centrale électrique hybride à hydrogène vert  (projet Power-To-X) comprenant une usine de dessalement d’eau de mer et un électrolyseur de 100 mégawatts sont bien avancés. Le projet est dans une phase de développement concrète, comme le rapporte le Frankfurter Allgemeine Zeitung, mais le partenariat germano-marocain sur l’hydrogène « menace de s’effondrer en raison de bouleversements diplomatiques », rapporte le média allemand.


La coopération en matière de politique de développement a été suspendue suite à des tensions diplomatiques entre Rabat et Berlin sur un certain nombre de dossiers (Sahara Occidental, Libye, terrorisme etc.) qui ont abouti au rappel par le Maroc de son ambassadeur. Dans ces conditions, il est peu probable, estiment des sources allemandes, que la production d’hydrogène puisse réellement démarrer comme prévu. « Si la situation actuelle persiste, des conséquences négatives pour la création d’entreprise et l’attractivité du marché ne peuvent être exclues, selon le gouvernement fédéral », a estimé le ministère des Affaires étrangères allemand, qui a confirmé ses doutes en réponse à une demande de certains groupes parlementaires.


Le financement allemand pour ce projet ne devrait pas non plus être débloqué, estime-t-on. Une porte-parole de la KfW a estimé le coût du projet à 325 millions d’euros. « Les fonds ne sont versés que si le partenaire remplit ses obligations contractuelles », a précisé la diplomatie berlinoise.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct