En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.12.2017 à 17 H 02 • Mis à jour le 02.12.2017 à 17 H 02
Par
Migrants

Pour la Belgique, le Maroc n’est pas un « pays sûr »

La Tunisie et le Maroc ne figurent pas pour le moment dans la liste des pays d’origine sûrs, a indiqué vendredi le député belge Theo Francken (N-VA) à l’issue du conseil des ministres. Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration avait demandé un avis au Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Celui-ci est négatif, « malgré une évolution positive constatée au Maroc et en Tunisie », selon Francken, cité par l’agence Belga.


Les pays sont considérés comme « sûrs » lorsqu’il n’existe pas de poursuites basées sur la race, la croyance religieuse ou l’orientation sexuelle, ni de tortures ou d’autres formes de traitements inhumains. Les ressortissants de ces pays voient leur chance d’obtenir l’asile en Belgique réduite et leur dossier est traité plus rapidement.


Lire à ce sujet notre décryptage : Migrations : Mohammed VI en phase avec le plan restrictif de l’Europe ?


Huit pays figurent actuellement sur la liste : l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine (FYROM), le Kosovo, le Monténégro, la Serbie, l’Inde et la Géorgie. Theo Francken aurait souhaité y inclure les pays du Maghreb, la Moldavie et l’Ukraine (à l’exception de l’est du pays). Pour ce faire, il a demandé l’avis du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Celui-ci est négatif.


Selon le secrétaire d’Etat, le CGRA observe toutefois « une évolution positive » au Maroc et en Tunisie. « Il est possible que ces deux pays du Maghreb apparaissent sur la liste l’année prochaine » a-t-il précisé.


En première instance, Theo Francken avait également demandé un avis à propos du Sénégal et de l’Algérie. Il a rapidement abandonné l’idée de les intégrer dans la liste tant le premier avis rendu par le CGRA était négatif. Pour la Moldavie et l’Ukraine, le Commissariat général ne souhaite pas non plus les intégrer dans la liste, malgré les exemptions de visas européennes conclues avec ces pays.


L’année dernière, Théo Francken avait toutefois intégré la Géorgie dans la liste, allant à l’encontre de l’avis du CGRA. Le Commissariat a donné son feu vert cette année.

Revenir au direct