logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.02.2022 à 14 H 15 • Mis à jour le 04.02.2022 à 14 H 15
Par
Aérien

Transavia: le Maroc devient le 2ème marché de la compagnie

Cet été, le Maroc devra être le deuxième marché pour la compagnie aérienne Transavia, avec plus de 600 000 sièges disponibles. Cette augmentation représente 40 % d’offre en plus par rapport à 2019.


À compter du 7 février, les voyageurs pourront se rendre dans 10 destinations marocaines, à savoir Agadir, Marrakech, Essaouira, Casablanca, Rabat, Fès, Tanger, Nador, Oujda et Ouarzazate, au départ de Paris, Lyon, Nantes, Montpellier et Bastia, un total de 20 liaisons entre les deux pays.


Cette annonce se fait au lendemain de la rencontre d’Adel El Fakir, Directeur Général de L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), avec les responsables de la filiale low-cost d’Air France.


« Nous sommes très heureux de la reprise des vols vers le Maroc. Plus de 130 vols supplémentaires ont déjà été ajoutés entre le 7 et le 17 février. Nous avons pu partager avec nos partenaires de l’ONMT, nos objectifs très élevés sur le Maroc cet été, avec une forte croissance en sièges. Nous sommes dans les starting blocks pour booster la reprise très attendue de cette destination historique et clé pour notre compagnie », annonce  Nicolas Hénin, Directeur Général Adjoint Commercial et Marketing de Transavia, dans un communiqué publié vendredi.


Certaines lignes ne seront pas disponibles dès le 7 février. La liaison Lyon-Casablanca, initialement prévue pour le 1er mai, est avancée au 12 février. De même pour les vols au départ de Nantes et à destinations de Fès et Oujda, qui sont reprogrammés au 3 mai. Les voyageurs peuvent d’ores et déjà acheter leurs billets sur le site de la compagnie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct