En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.08.2021 à 16 H 13 • Mis à jour le 06.08.2021 à 17 H 40
Par
Diplomatie

Un diplomate espagnol invité au BCIJ, signe de détente entre Rabat et Madrid

Les autorités ont invité le représentant de l’ambassade d’Espagne à Rabat à une visite guidée au siège du Bureau central d’enquêtes judiciaires (BCIJ), le service antiterroriste, en compagnie de diplomates d’autres pays, « une première avec l’Espagne » depuis le déclenchement de la crise entre le deux pays en avril dernier, note El Periodico.


Lors d’événements similaires précédents, notamment ceux organisés par le ministère des Affaires étrangères, l’Espagne avait été systématiquement exclue, ce qui indiquerait d’une amorce de détente entre Rabat et Madrid.


Le chargé d’affaires espagnol, Borja Montesino, qui a rejoint la mission diplomatique espagnole à Rabat cette semaine, a remplacé pour cette visite l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner, parti en vacances.


La visite au siège du BCIJ, la branche judiciaire de la Direction générale de la surveillance du territoire national (DGST, service de renseignement intérieur), a eu lieu jeudi avec la participation de représentants diplomatiques de 22 pays , dont le États-Unis, Russie, Canada et Arabie saoudite, mais pas de la France, avec qui les relations sont chahutées par l’affaire Pegasus, ni de l’Allemagne avec qui elles sont toujours glaciales pour diverses raisons évoquées par Rabat.


Au terme de sa visite des locaux du BCIJ, Montesino a fait des déclarations à la presse soulignant « l’importance de la coopération en matière terroriste », qui est, selon lui, « une composante essentielle dans le cadre de la large collaboration entre l’Espagne et le Maroc », rapporte l’agence EFE.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct