En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.04.2021 à 13 H 38 • Mis à jour le 14.04.2021 à 13 H 38
Par
Drogue

Une demie tonne de cannabis saisie à Laâyoune, le parquet soupçonne des liens avec Tindouf

Le Service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune a mis en échec, mardi, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, une tentative de trafic de 529 kilogrammes de chira, et procédé à l’interpellation de huit individus soupçonnés de liens avec un réseau criminel actif dans le trafic international de drogues et de psychotropes.


Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les interventions sécuritaires effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis d’appréhender, dans une première étape, sept individus, dont un Mauritanien et trois personnes issues des camps de Tindouf, avant que les perquisitions ne permettent de découvrir les cargaisons de drogue enfuies sous le sol dans une zone désertique à environ 40 kilomètres à l’est de Laâyoune.


L’enquête a permis de saisir chez les suspects un téléphone portable satellitaire, des armes blanches, deux voitures 4×4, un masque pour dissimuler les données identitaires et une somme d’argent soupçonnée provenir de cette activité criminelle, précise la DGSN, ajoutant que les recherches et investigations menées dans le cadre de cette affaire ont conduit à l’interpellation d’un officier de police exerçant à la préfecture de sûreté de Laâyoune, pour son lien présumé avec ce réseau criminel.


Les huit individus interpellés ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent afin de déterminer les liens présumés de ce réseau criminel avec les bandes du crime organisé actives dans les camps de Tindouf, d’identifier ses ramifications régionales et d’interpeller toutes les personnes complices dans ces actes criminels transfrontaliers, conclut le communiqué.

Par
Revenir au direct